Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les sociétés cotées bientôt astreintes au "reporting social"

Chine / / Asie

La bourse de la cité-État a publié un ensemble de directives pour la “comptabilité sociale et environnementale” des entreprises cotées. Ce cadre, pour le moment optionnel, devrait rendre les reportings obligatoires dans un futur proche.

Skyline de Singapour

Singapour fait partie des pays les plus densément peuplés et les plus urbanisés au monde. La cité-État doit plus que jamais prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux de ses activités, sous peine d'étouffer dans ce minuscule territoire . © Eustaquio Santimano

Les sociétés de Singapour se placent en haut du classement des entreprises les plus transparentes et modernes en termes de gouvernance. Cependant, leur reporting social et environnemental laisse fortement à désirer, puisque l’État ne se place qu’en cinquième position en Asie derrière la Corée du Sud, l’Inde, la Malaisie et la Thaïlande.

Selon Magnus Böcker, le patron de la bourse singapourienne, seulement quelques unes des 800 entreprises cotées ont une démarche de reporting adéquat :

Je pense que ces directives ont allumé un feu sous les fauteuils des CEOs, qui leur rappelle qu’ils doivent porter attention au sujet. Être durable dans ses activités, c’est plus que de l’idéologie. Ces démarches peuvent en plus placer une entreprise dans une position plus compétitive.

Les autorités de Singapour, grande plateforme financière d’Asie, savent de quoi ils parlent. La tendance à l’investissement responsable progresse, et les fonds qui se placent sur ce créneau exigent des entreprises dans lesquelles ils investissent une comptabilité sociale et environnementale exemplaire. S’adressant aux dirigeants, M. Böcker a déclaré :

L’investissement responsable est un marché de niche pour beaucoup d’entre vous aujourd’hui. Mais les fonds responsables augmentent à une vitesse considérable. Ils pourraient constituer l’un de vos principaux groupes d’investisseurs d’ici peu. Préparez-vous.

La tâche sera néanmoins difficile pour les entreprises. Selon un expert en la matière, un premier exercice de reporting social et environnemental peut durer jusqu’à 9 mois. Cependant, c’est une tendance de fonds internationale qui ne s’arrête pas aux frontières de Singapour.

Effectivement, selon le cabinet d’audit et de conseil KPMG, le nombre de sociétés dans le monde qui ont une démarche de comptabilité sociale et environnementale est passé de 300 en 1996 à 3100 en 2010.

La publication des directives de la bourse de Singapour est aussi une démarche intéressée. M. Böcker a rappelé que l’exemplarité des sociétés cotées était une condition nécessaire pour lutter au niveau mondial.

Nous ne ferons jamais partie des grands leaders des bourses internationales si nos sociétés ne sont pas leaders dans leurs pratiques de reporting.

A lire aussi : eco-business.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires