Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les vertus dépolluantes de la noix de coco

Brésil / / Amérique du sud

Un projet universitaire brésilien a mis en évidence les propriétés de la noix de coco. Utilisée dans un système de filtrage, elle permet le traitement des eaux usées.

Les eaux usées purifiées par la noix de coco pourraient servir à fertiliser les terres agricoles. © Wicha Naratham

Des chercheurs de la Faculté de Génie Civile, Architecture et Urbanisme (FEC) ont créé un réacteur qui traite l’eau à l’aide d’écorces de noix de coco vert, mélangés à du bambou et du sable. Le prototype réalisé a réussi à retirer 70% des impuretés de l’eau. Un des chercheurs explique:

Tout est bien simple : nous avons découpé des écorces de coco en quatre et placé un réacteur à l’intérieur.

Le test a utilisé des eaux rejetées par l’Université. Les résidus ont été stockés dans des réservoirs d’eau puis dans un réacteur en acier inox. A l’intérieur, une installation faite de bambou retient les déchets, pendant que l’eau est purifiée grâce au mélange des écorces de coco et de sable.

En plus du retrait de 70% des impuretés, l’eau reçoit 82% de nitrate et autres nutriments. La découverte a mobilisé un groupe de l’Université qui a constaté que le liquide pourrait servir à l’agriculture, du fait de la présence d’éléments fertilisants. L’eau a déjà été utilisée dans la culture de roses et de maïs. Et il a été prouvé que les sols et les plantes ne subissaient aucune contamination.

La chercheuse Luana Mattos suggère une mise en application technologique :

L’idée est de tester des résidus facilement accessibles afin de monter un système de traitement des eaux usées par de petites communautés. Un système d’effluent pourrait alors être produit pour l’agriculture, notamment dans la région du Nordeste où le coco se trouve en abondance.

La prochaine étape consiste à passer à une utilisation à plus grande échelle, par la diffusion de la technologie et en offrant un accès gratuit aux techniques de construction de l‘équipement.

D’après la FAO, le Brésil est le 4ème producteur mondial de noix de coco et le premier en Amérique Latine. Sa production dépasse 2,75 millions de tonnes par an, derrière l’Indonésie, les Philippines et l’Inde. En moyenne, la noix de coco voit 45% de sa masse jetée à la poubelle et ses écorces représentent 70% des déchets retrouvés le long des côtes des grands centres urbains brésiliens.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires