Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une célèbre styliste américaine invente le maillot de bain compostable !

/ Amérique du nord

Linda Loudermilk est ce qu’on appelle une éco-styliste. Persévérante et innovante qui plus est. Créatrice de la marque Luxury Eco, elle marque les esprits de la mode depuis 2005 avec toutes sortes de collections durables. Elle s’est encore fait remarquer avec d’étonnants maillots dégradables, le 15 juillet dernier à Miami, lors de HauteNatured, le tout premier défilé de maillots de bain durables au Monde.

Maillots de bain compostables.

© Haute Natured

Oui, mesdames. Vous pourrez vous baigner avec. Lorsque l’on parle d’un vêtement qui a la capacité de se dégrader biologiquement, c’est effectivement la première question qui nous vient à l’esprit : est-il réellement destiné à être porté ? Surtout quand il s’agit d’un maillot de bain : ne risque-t-il pas de se muer en bikini de plus en plus rikiki ?

Même pas besoin d’attendre leur décomposition. Le duo de deux-pièces présenté le 15 juillet 2011 à la Fashion Week de Miami se révèle déjà très sexy. En plus de ses convictions écologiques, il ne faut pas oublier que Linda Loudermilk est une créatrice de mode avant-tout.

La créatrice californienne n’en est pas à son coup d’essai avec des collections « Loudermilk Men« , »Luxury Eco« et « Denim« , respectueuses de l’environnement. …  Le fameux site américain, TreeHugger la considérait même déjà comme l’une des meilleurs designers durables au monde en 2005.

Et loin d’être un coup porté dans l’eau, ces maillots de bain environnementaux inédits viennent confirmer ces premières impressions, même si l’esthétique laisse un peu à désirer…

Sous-marin oui et sous-terrain aussi !

Plusieurs stylistes ont dévoilé leur création lors du défilé HauteNatured. Quand Eco Swim, Meadow, ou encore Mae Couture choisissent de recycler des bouteilles, du coton, du nylon, ou même des toiles de parachutes, Linda Loudermilk préfère elle un retour au source : la nature.

Fabriqués à partir d’amidon végétal, ses maillots de bain, enfouis dans le sol, se décomposeraient ainsi naturellement au bout de 180 jours. Du moment qu’ils ne se désintègrent pas dans l’eau ….

treehugger.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

  1. humus

    C’est tout de même étonnant qu’on ne nous dise pas la matière de ces maillots « respectueux de l’environnement ».

  2. humus

    Le mieux, si vous ne voulez pas polluer la planète et être décroissant, est de se baigner en la plus totale nudité. C’est là qu’on se sent vivre, toutes les zones du corps respirent.
    Donc pas besoin de maillot qui vous emprisonne votre sexe et vos seins, et qui d’autant plus vous collent à la peau.
    A savoir que si l’on se baigne en maillot c’est par contrainte, ou bien par peur d’être jugé d’exhibitionniste, ou de fou non éduqué qui n’y connait rien aux notions de pudeur. Car la pudeur exige qu’être nu c’est pour du sexe ou pour en réclamer. Or non, il y a la part de bien être dans le fait d’être nu, d’être en harmonie avec son corps et ceux des autres. Vivre dans le respect mutuel des autres, tout en respectant l’environnement. Alors que la pudeur nous rend fou, obsédé, elle mystifie le corps humain, car si le sexe est caché c’est parce que c’est sacré et qu’il ne doit être exhiber uniquement pour une seule fonction. Il faut admettre que c’est totalement absurde…