Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le secteur greentech en voie de féminisation

USA / / Amérique du nord

Le secteur des énergies propres est l’un des plus dynamiques au monde. Big-bang technologique, start-ups à succès, concurrence acharnée, et des milliards d’euros d’investissements…  Mais comme le secteur des énergies fossiles, il reste encore un milieu très masculin aux USA avec une sous-représentation flagrante de la gente féminine. Des femmes tentent de s’imposer dans le paysage et d’apporter leur pierre à l’édifice… avec succès!

Clean Energy Summit 2009 USA

Au Sommet national sur l'énergie propre de 2009, Cathy Zoi devait se sentir bien seule à l'écart des Al Gore (2ème en partant de la gauche) et autres pontes du secteur. L'ex-secrétaire d’État pour l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables a depuis quitté l'administration Obama pour créer en début d'année le puissant fonds d'investissement en énergies propres Silver Lake Kraftwerk. © Center for American Progress Action Fund

Une seule Directrice Générale (DG), par exemple, figure parmi le top 10 des entreprises greentech du Wall Street Journal publié le 4 mars 2011. Très peu de femmes également aux postes de cadres supérieurs. Le blog VentureBeat ose même parler de « foire à la saucisse ». De manière ironique bien sur…

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En y regardant de plus près, on peut s’apercevoir que, doucement mais sûrement, les femmes s’immiscent dans le secteur greentech. Certaines dirigent leurs propres start-ups. D’autres gravissent les échelons au sein de grosses entreprises, ou investissent des dizaines de millions de dollars en capital risque.

Un travail de souris de labo

Aujourd’hui DG de l’American Wind Energy Association (association américaine de l’énergie éolienne), Denise Bode ne semble pas regretter son ancien poste de présidente de l’Independent Petroleum Association of America (association indépendante américaine du pétrole) :

Pendant longtemps, les industries du pétrole, du charbon, et du gaz étaient synonymes de travail pénible. Les cadres exécutifs devaient aussi se rendre sur le terrain pour superviser ce genre d’opérations. Quel que soit l’échelon, les femmes n’étaient pas vraiment bien vues.

En comparaison, il y a très peu de travail de terrain dans le secteur greentech. Les efforts requis pour recueillir l’énergie solaire ou pour concevoir un réseau de distribution d’électricité intelligent se concentrent en effet dans un laboratoire ou sur un écran d’ordinateur.

Ainsi, la tendance actuelle qui voit de plus en plus de femmes mettre le pied dans la Silicon Valley leur permet en retour de pénétrer le secteur greentech. Ce n’est pas un hasard alors de voir que 9 des 12 dirigeantes « vertes » les plus en vues selon Grist Magazine travaillent pour des entreprises basées dans la fameuse vallée californienne ou fondées par des investisseurs du coin.

Orientation scolaire

L’éducation fut également une barrière pour les femmes. Alors que celles-ci ont presque atteint la parité avec les hommes en ce qui concerne la réglementation salariale ou les diplômes de médecine, elles ont pris beaucoup de retard dans des domaines techniques comme l’ingénierie ou la géologie.

Les femmes ne raflent par exemple que 20% des diplômes de niveaux supérieurs en physique, en ingénierie, ou en informatique, selon l’American Association of University Women (association américaine des étudiantes universitaires). Un creux dans l’éducation qui engendre un écart sur le marché travail.

Impact social et collaboratif

Alors que les femmes occupent à peu près 46% des postes en sciences sociales ou humaines, elles ne représentent qu’un quart des ressources humaines en informatique et en mathématiques, et seulement 13% en ingénierie, selon les données du Bureau of Labor Statistics (département des chiffres du travail) pour l’année 2010.

Car les femmes, en particulier les quadragénaires, ont tendance à choisir des plans de carrière où elles peuvent avoir un impact social positif – la santé par exemple. Ou justement les énergies renouvelables, un “paradis” pour les bienfaiteurs sociaux qui veulent aussi faire de l’argent. Marianne Wu, partenaire spécialiste des technologies propres chez Mohr Davidow, évoque aussi un sens inné de la coopération :

Je crois que les femmes sont en général douées pour établir des connections et pour rassembler les pièces d’un puzzle, comme dans le secteur greentech où des disciplines nombreuses et variées doivent former un ensemble.

L’offre et la demande

A un niveau plus pratique, mais pas moins significatif, les femmes représentent aussi la majorité des consommateurs d’équipements durables. Lynn Jurich, DG chez SunRun, explique que lorsqu’elle vend de l’énergie solaire, « les acheteurs sont typiquement des femmes – souvent leurs maris n’ont aucune idée du montant de leurs factures d’électricité. »

Sur le long chemin vers la parité dans le leadership des entreprises greentech, les femmes pourront enfin compter sur leur propension à prospérer en temps de crise. Une crise qui a en plus boosté la croissance des technologies propres. Eleanor Roosevelt a dit un jour :

Les femmes sont comme des sachets de thé. Elles ne connaissent pas leur vraie force, jusqu’à ce qu’elles se trouvent dans l’eau chaude.

Une affirmation de plus en plus à propos, à une époque où l’humanité baigne dans l’ère du réchauffement climatique.

grist.org

Au mois d’Août, découvrez chaque jour sur Green et Vert un nouveau portrait d’une de ces “business women” de demain !

Christina Lampe-Önnerud, la reine Li-ion ( Boston-Power )

Les batteries lithium-ion sont partout. Mais les connaissons-nous vraiment? Christina Lampe-Önnerud, docteur en chimie inorganique, leur consacre tout son savoir. Présidente-fondatrice de Boston-Power, elle s’évertue à donner plus d’efficacité et de durabilité à ces indispensables artefacts modernes.

Beth Comstock, une nouvelle ère pour General Electric

Beth Comstock est la Directrice Marketing Groupe de General Electric (GE), la mythique entreprise américaine fondée en 1892 par Thomas Edison. Elle est responsable de l’opération Ecomagination, campagne lancée en 2005 pour encourager la réduction des impacts environnementaux des activités de GE.

Rebecca McDonald, vétérane innovante (Laurus Energy)

Dans notre top 15 des femmes les plus en vue du secteur greentech américain, Rebecca McDonald est, à 59 ans, notre doyenne. Certainement la plus expérimentée donc mais pas en manque d’idées novatrices. Même si, en tant que présidente chez Laurus Energy, elle a choisi de faire du neuf avec du fossile.

Marianne Wu, la pieuvre financière

Partner du fonds d’investissement Mohr Davidow Ventures, Marianne Wu investit des millions de dollars dans les greentechs que les marchés des énergies solaire et hydraulique. Un choix judicieux qui reflète sa longue expérience à la fois technique et financière.

Cathy Zoï, “Yes she can!” (Silver Lake Kraftwerk)

Cathy Zoï a connu l’euphorie du début du règne Obama aux États-Unis, où tout était possible. La question environnementale notamment devait y prendre tout son sens. Mais lasse des polémiques politiciennes, elle a préféré retourner aux affaires privées où les moyens d’agir sont concrets.

Laura Ipsen, la solution au casse-tête des smart grid? (Cisco)

Créer l’écosystème énergétique du 21ème siècle, telle est la mission d’une des vice-présidentes de la multinationale américaine Cisco, Laura Ipsen. Pour résoudre cet ardu puzzle du meilleur réseau de distribution d’électricité (smart grid) possible, elle dispose de moyens quasi-illimités.

Eugenia Corrales, illuminée par le soleil (Nanosolar)

Diplômée de l’université de Stanford, Eugenia Corrales a connu une carrière très riche dans de grandes entreprises comme Hewlett-Packard (HP) ou Cisco. Mais désireuse de mettre son savoir-faire au service de la société, elle change de cap en 2006, misant tout sur l’énergie solaire.

Martha Wyrsch, CEO, Vestas AmericasMartha Wyrsch, du vent dans le gaz (Vestas Americas)

Martha Wyrsch a la tête en l’air, mais pas dans les nuages. Présidente de Vestas Americas depuis 2009, après une carrière dans le secteur du gaz naturel, elle supervise 50 installations d’éoliennes en Amérique du Nord pour le compte du plus grand producteur mondial en la matière, le danois Vestas.

K'Lynne Johnson, CEO, Elevance Renewable SciencesK’Lynne Johnson, de la pétrochimie à la chimie verte (Elevance Renewable Sciences)

Un prénom de chanteuse de R’n’B, mais l’énergie d’un guitariste de heavy metal. En tant que PDG d’Elevance Renewable Sciences depuis 2005, K’Lynne Johnson a tourné le dos à une longue carrière dans la pétrochimie pour se consacrer à son alternative verte.

Denise Bode, CEO, American Wind Energy AssociationDenise Bode, le vent en poupe (American Wind Energy Association)

Denise Bode est considérée comme l’une des meilleures expertes américaines en politique énergétique nationale et en infrastructures. Après avoir assuré la promotion du pétrole au début de sa carrière, puis du gaz naturel, elle a choisi de tout donner à l’éolien depuis deux ans.

Lynn Jurich, Présidente, SunRun.Lynn Jurich, à la vitesse de la lumière (SunRun)

Nombre de consommateurs éco-conscients sont séduits par l’idée de l’énergie solaire, mais la trouvent trop chère. Lynn Jurich, 32 ans, a co-fondé SunRun, avant même la fin de ses études, pour justement les aider sur le plan financier.

Ann Marie Sastry, CEO, Sakti3.Ann Marie Sastry, au coeur de l’automobile (Sakti3)

Sakti3 est un fabricant de batteries lithium-ion pour véhicules extrêmement prometteur. Ses valeurs : innovation et efficacité. Et son véritable moteur, sa source d’impulsion : Ann Marie Sastry, fondatrice, PDG, et… docteur en mécanique bien sur !

Vanessa-Green, CEO, OnChip Power.Vanessa Green, le concentré d’énergie (OnChip Power)

Vanessa Green porte bien son nom. La benjamine (28 ans) de notre top 15 des femmes du secteur Green Tech aux États-Unis semble être une écologiste dans l’âme. Elle met toute son énergie au développement de composants électroniques miniaturisés destinés à booster le marché des LEDs, entre autres.

Anna Rath, CEO, NexSteppe.Anna Rath, le goût de l’indépendance (NexSteppe)

Il y a quelques mois, Anna Rath fondait NexSteppe. Un nouveau concurrent bioénergétique à son ancien employeur Ceres Inc était né. Le risque de passer d’un poste de vice-présidente dans une entreprise affirmée à celui de PDG d’une start-up avec. Insouciance ou assurance?

Nancy Floyd, Fondatrice et DG, Nth Power.Nancy Floyd, pionnière et visionnaire (Nth Power)

Depuis sa création par Nancy Floyd en 1993, la société d’investissements Nth Power a aidé au développement de nombreuses start-up à succès dans le domaine du développement durable. Une énième réussite pour sa fondatrice, véritable visionnaire pour le bien de l’environnement.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires