Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une maison de boue en exemple pour les générations futures

/ Amérique du nord

Un couple canadien a construit la « maison la plus verte du monde » et, content des résultats, l’a mise à l’étude pour le bien des générations futures. Des visites ludiques sont également proposées.

La maison d’Ann et Gordon Baird a reçu ce titre mondial en 2010 de la part du Conseil en construction verte Cascadia. Cette année, dans le cadre d’un projet de recherche, cette maison de cinq chambres essentiellement faite de boue a été équipée de détecteurs sensoriels afin de mesurer sa consommation d’énergie au quotidien.

Dans un premier temps, les Baird ont souhaité adopter un mode de vie durable pour eux-mêmes. Mais ils ont aussi l’intention d’utiliser leur maison comme moyen d’apprentissage pour montrer comment vivre en harmonie avec la nature sans tout abandonner. Ils font des présentations, des interviews et répondent à des e-mails du monde entier pour expliquer comment ils réussissent à ne pas consommer un centime d’électricité.

Zéro CO2

La maison est équipée de panneaux solaires qui fournissent plus d’énergie que le foyer ne peut en consommer. Une certaine quantité d’électricité est donc revendue à l’une des compagnies énergétiques canadiennes. Ils réchauffent aussi leur eau, dont une partie sert au chauffage du sol.

Dans la cuisine, il n’y a aucun appareil ménager. Ann et Gordon Baird ne possèdent qu’une petite télévision. Le soir, ils coupent le courant avec un interrupteur principal situé dans leur chambre. La seule source d’énergie externe est le gaz utilisé pour la cuisine, en attendant de pouvoir passer au biogaz.

La construction de cette maison a commencé en 2007, avec pour objectif (réussi) de réduire l’empreinte carbone de la famille et d’améliorer l’écologie locale. Les Baird ont choisi d’utiliser du bois recyclé (à 80%), du sable, de la paille et des matériaux de plomberie de récupération. L’extérieur est recouvert de chaux, d’oxyde de fer et de peinture écologique, afin de ne pas émettre de dioxyde de carbone.

Encore debout pour de nombreuses générations

La durée de vie d’une telle maison est d’environ 500 ans. Idéal pour le couple Baird, qui a pensé à ses enfants et à ses petits-enfants en concevant cette maison. Elle comporte même une annexe dans laquelle ils prévoient de se retirer plus tard pour laisser la partie principale à leurs enfants. Ou encore pour la louer si ces derniers ne sont pas intéressés.

Les possibles locataires devront quand même savoir que, s’ils n’ont pas de factures d’électricité à payer, ils n’ont pas non plus de chasse d’eau dans les toilettes ni de baignoire. Il s’agit ici de toilettes-compost, dont le contenu composté inondorant est testé pour l’utilisation dans le potager, deux ans après. La maison utilise ainsi 90% moins d’eau qu’un foyer urbain canadien typique.

La construction n’a pas couté plus cher que pour une habitation traditionnelle, et cette maison « zéro carbone » représente une réelle économie sur l’environnement pour les générations futures.

edmontonjournal.com

Pour plus d’informations et réserver une visite : islandnet.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires