Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Enfin des tarifs garantis pour les énergies renouvelables

/ Asie

La Diète a passé une loi imposant aux distributeurs le rachat de l’électricité issue des ENR à des tarifs garantis. Après la décision de la Chine d’étendre au solaire ce type de mesure qui existait déjà pour l’éolien, fort à parier que les énergies propres vont exploser en Asie.

Panneaux photovoltaïques.

Installation de panneaux photovoltaïques à Sasebo, à l'extrême sud-ouest japonais. © United States Navy

La loi prendra effet en juillet 2012. A cette date, les distributeurs de l’archipel seront obligés de racheter à des tarifs préférentiels l’électricité éolienne, solaire, hydraulique, géothermique et issue de la biomasse. La loi leur donne aussi le droit de passer une partie de l’augmentation du coût de l’énergie au consommateur.

Selon le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, cette nouvelle législation devrait faire passer le marché des énergies renouvelables d’un milliard de yens (plus de 9 millions d’euros) en 2009 à 10 milliards en 2020 (plus de 90 millions d’euros). Tetsunari Iida, directeur de l’Institut des politiques sur les énergies durables de Tokyo, est enthousiaste :

Le dispositif va très rapidement créer un marché important. Cela va apporter un croissance immédiate dans les industries liées.

Cependant, certains sont critiques. La loi ne fixe pas concrètement le montant des tarifs garantis. Ils seront établis par un comité législatif dans le courant de l’année prochaine. Une autre incertitude réside dans la fréquence de révision de la loi. Il est prévu qu’elle devra être prolongée tous les trois ans. Vu l’instabilité du pouvoir japonais, cela risque de donner des sueurs froides aux promoteurs qui se lanceront tout de même dans de grand projets sur la base de la nouvelle réglementation.

Le modèle chinois

L’instabilité du pouvoir a d’ailleurs été illustrée une fois de plus à l’occasion même du vote par la Chambre haute de la Diète. Après 15 mois à la tête de l’archipel, le Premier ministre Naoto Kan a dans la foulée annoncé sa démission, le 26 août. Car la loi sur les énergies renouvelables était le dernier des trois projets qu’il s’était fixé avant de quitter le pouvoir.

Remercions-le de n’avoir pas cédé plus rapidement aux nombreux appels à la démission. Son insistance à voir cette loi passer aura en effet des conséquences importantes. Selon des analystes australiens, le récent passage d’une mesure similaire concernant l’énergie solaire en Chine va faire décoller le marché de l’empire du Milieu. L’éolien y croît déjà au rythme le plus rapide du monde.

Au Japon, le coup de fouet que vont recevoir les secteurs du solaire, de l’éolien, de l’hydroélectricité, de la géothermie et de la biomasse va être un deuxième énergisant. Ainsi, certains s’attendent à ce que le point de bascule – où les ENR deviendront aussi bon marché que les énergies fossiles – arrive bien plus vite que prévu. Et ce grâce aux deux mastodontes asiatiques qui se réveillent en matière d’ENR.

shimbun.denki.or.jp

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires