Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le chewing-gum bio au latex : naturel et bon pour la forêt

Mexique / / Amérique du nord

Biodégradables à 100% et estampillés bio, les chewing-gums Chicza sont élaborés grâce à la sève d’un arbre de la jungle mexicaine, au cœur du territoire maya. Fabrication locale et exploitation raisonnée de la forêt tropicale offrent une activité durable à plus de 2000 producteurs de la région.

Désormais disponible en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en Espagne et en France, les chewing-gums Chicza sont fabriqués de manière artisanale en faisant bouillir le latex du sapotillier (Manilkara zapota), comme le faisaient déjà les premiers habitants de la région, les Mayas.

Ce procédé permet d’obtenir un produit 100% naturel dont tous les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Le sirop d’agave est employé à la place du sucre, tandis que les différentes saveurs (menthe, citron) proviennent de parfums naturels.

Un million de parcelles cultivées

Dégradables en quelques mois seulement, les chewing-gums Chicza se distinguent des produits élaborés à partir de gomme élastomère synthétique, qui mettent plus de cinq ans avant de disparaître dans la nature.

L’initiative permet surtout aux producteurs locaux de gomme de valoriser leur travail grâce à la plus-value apportée par le label agriculture biologique. Regroupés en 56 coopératives, ceux-ci exploitent plus d’un million de minuscules parcelles de sapotilliers dispersées dans la jungle des états de Quintana Roo et de Campeche.

Un arbre peut produire entre 3 et 5 kilos de latex lors de chaque récolte, après quoi il est nécessaire de le laisser reposer entre 6 et 7 ans avant de pouvoir répéter l’opération. Certains sapotilliers peuvent vivre jusqu’à 300 ans et dépasser les 30 mètres de hauteur.

Certifié FSC

Chaque tablette de chewing-gum Chicza porte un sceau garantissant la gestion durable des ressources forestières, certifiée par l’organisme Forest Stewardship Council (FSC). Des indications qui permettent également de connaître l’identité du producteur de gomme et même d’identifier avec précision l’emplacement de l’arbre dont provient le latex.

Ce projet permet de créer de nombreux emplois en zone rurale. Lors de chaque récolte, près de 2000 producteurs de gomme s’enregistrent auprès des coopératives, tandis que les femmes des communautés de la région travaillent à l’emballage des chewing-gums, réalisé à la main.

La production atteint 300 000 unités par an, dont les deux tiers sont destinés au marché européen, principalement l’Allemagne, l’Angleterre et l’Espagne.

milenio.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires