Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La bataille pour l'eau

/ Europe

L’industrialisation croissante de la société exige toujours plus d’eau. La Russie, dans ce sens, ne fait pas exception. Mais, malgré ses énormes réserves, la nation dépense des milliards de roubles pour préserver le niveau de l’eau dans les régions qui bordent les grands fleuves.

La Russie a officiellement parmi les les plus grosses réserves du monde dans le domaine du gaz naturel et de l’eau douce. Mais si le futur de la première de ces ressources est plus ou moins clair – au rythme actuel, il nous reste du gaz pour au moins un demi-siècle – l’eau, elle, ne suffit plus.

Et cette pénurie n’a pas lieu dans les steppes de Kalmoukie, mais bien dans les régions qui, traditionnellement, sont les lieux de ressources en eau du pays (comme le Tatarstan, Samara ou Saratov). Là où passe l’une des artères fluviales majeures de Russie, la Volga.

Comme l’a reconnu le gouverneur de la région de Samara ,Vladimir Artyakov, des dizaines de collectivités sont restées sans eau les mois derniers, à cause de l’asséchement de ce grand fleuve. Et pour pallier l’absence d’eau, le budget régional a déjà du allouer plus d’un demi milliard de roubles [24 millions d'euros].

La situation s’est particulièrement aggravée l’an dernier. A cause de la sécheresse de l’été et de l’automne, l’approvisionnement en eau du  réservoir Kouïbychev,  principal régulateur de l’écoulement du bassin de la Volga, s’élevait en novembre à seulement 37% de son volume. Ceci menace non seulement l’approvisionnement en eau potable des habitants de Samara, Oulianovsk, des régions de Volgograd et Saratov, mais également le chauffage (souvent thermique en Russie, ndlr) dans les villes de la Volga.

Des cycles qui restent énigmatiques

Il est prouvé que la profondeur de la rivière possède un caractère cyclique. Les scientifiques ne peuvent pas précisément déterminer les raisons de ces cycles, ni leur périodicité. Mais tous conviennent que l’un des facteurs d’assèchement est l’activité humaine.

Les gens ont besoin de plus en plus d’eau pour l’irrigation, les entreprises et le ménage. Mais cela n’explique pas, par exemple, la situation dans la région de la Volga dans les années 30 du siècle dernier. Des années au cours desquelles, sans fort développement de l’industrie, l’abaissement du niveau de la Volga était de plus d’un tiers. Tout comme en 1975 et entre 2008 et 2010.

La question est grave, car le bassin de ce fleuve gigantesque alimente 39 régions et accueille 40% de la population russe. Elle concentre presque la moitié du potentiel agricole et industriel de la Russie, on y capture annuellement 40 000 tonnes de poissons, et un quart de la puissance totale hydroélectrique y est produit. Sur la Volga navigue 50 millions de tonnes de marchandises et 800 000 passagers chaque année.

Et si l’assèchement du fleuve se poursuit trop longtemps, cela peut avoir des conséquences dramatiques sur l’une des “perles” de la Russie, la plaine inondable de Volga-Akhtuba , située dans la région de Volgograd. Son gouverneur Anatoli Brovko met en garde :

La plaine inondable de Volga-Akhtuba – 30 kilomètres de large, 100 kilomètres de long – abrite 50 villages et 40 000 personnes. Réduire l’arrosage de cette plaine peut transformer ces terres autrefois fertiles, ces rivières pleines de poissons et d’écrevisses, en vrai désert.

Choisir une nouvelle voie

Bien sûr, vous pouvez parier qu’au cours des 20 prochaines années, la Volga sera pleine à ras bord. Mais cela ne doit pas empêcher de mettre en place dès à présent des technologies économes en eau. Mais l’humanité ne connaît pour le moment qu’une seule manière pour se défaire de la crainte de la sécheresse – la création de réservoirs artificiels d’eau douce. Au printemps, ceux-ci sont remplis et permettent de conserver une activité normale pendant l’été (pêche, agriculture, énergie hydroélectrique).

Le problème, c’est que ces réservoirs ont été construit “en cascade” sur la Volga, à l’époque soviétique. Si l’un d’entre eux est asséché, c’est tout le système qui se grippe. Une réforme du système est donc urgente, pour continuer à alimenter la Russie mais également de nombreux pays européens.

expert.ru

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires