Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

«L’incident est sous contrôle, il n’y a pas de fuite radioactive»

France / / Europe

ACCIDENT – Que s’est-il passé cet après-midi sur le site de Marcoule? Quelle est la fonction de cette usine? Quels sont les risques? La réponse avec des spécialistes du nucléaire…

Vue du CEA de Marcoule @kmaschke

20Minutes fait le point sur la situation à Marcoule, avec les spécialistes de l’Autorité de sûreté nucléaire, et de France Nature Environnement.

Quelle est la situation en milieu d’après-midi à Marcoule?

La situation serait sous contrôle. L’autorité de sûreté nucléaire (ASN) explique que, «pour une raison technique, un four chargé de fondre de la feraille faiblement radioactive a explosé. En aucun cas il ne s’agit d’un accident de type radioactif. Il n’y a pas de fuite radioactive, ni à l’intérieur du site, ni à l’extérieur.»

Quelle est la fonction du site de Marcoule?

Marcoule est un site de traitement des déchets radioactifs. «Il regroupe plusieurs activités, sur différentes communes, qui travaillent toutes au traitement et à la réduction des déchets», explique Maryse Arditi, pilote du réseau risques industriels à France Nature Environnement (FNE). « L’accident s’est produit dans l’usine Centraco, gérée par une filiale d’EDF, Socodei, sur la commune de Codolet. Elle a été ouverte il y a une dizaine d’années.» L’ASN précise que Centraco traite aussi des pièces non métalliques.

Quelle est la nature des déchets traités dans cette usine Centraco?

Ce sont des déchets appelés de très faible et de faible activité radioactive, au regard de la nomenclature du nucléaire. Il s’agit de «pièces métalliques provenant d’installations nucléaires de base, sur des sites d’EDF, Areva, et du CEA» explique l’ASN.

Quels sont les risques à la suite de cette explosion?

A priori ils sont faibles. «Il pourrait y avoir des rejets radioactifs, mais ceux-ci devraient rester faibles, au regard de l’activité de cette usine» estime FNE. Qui précise cependant que «tout dépend de ce qui était en train de brûler dans le four à ce moment-là». L’ASN se veut plus rassurante, estimant que «l’incident est sous contrôle, qu’il n’y a pas de fuite radioactive, et que ce site traite des déchets si faiblement radioactifs, qu’il ne fait même pas l’objet d’un Plan particulier d’intervention (PPI)

Mais FNE en profite pour rappeler que «cette usine a déjà dégazé du tritium dans l’air, et que l’exploitant, Socodei, s’est déjà fait remarquer par le passé, et a été rappelé à l’ordre plusieurs fois par l’autorité de sûreté nucléaire, pour un manque de rigueur.» L’ASN précise que «nous invitons tous les exploitants de sites nucléaires à signaler tous les dysfonctionnements, ceci dans une démarche d’amélioration de la sécurité. Chaque année, sur chaque site, il y a des déclarations d’incidents, et nous en sommes satisfaits: l’inverse serait inquiétant. Donc oui, il y a eu par le passé des événements sur ce site, mais des événements très mineurs.»

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires