Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La glace de l’Arctique recule et enregistre un nouveau record

/ Amérique du nord

La glace sur l’océan Arctique continue de fondre atteignant cet été la seconde plus petite superficie mesurée depuis 2007. Cette fonte estivale coïnciderait avec le réchauffement enregistré au cours de la dernière décennie.

Arctique 1980-2010.

Évolution de la calotte glaciaire sur l'océan Arctique de 1980 à 2010. © Stéphanie d'Otreppe (NPR)

Nouveau record de minceur pour la glace de l’Arctique

La quantité de glace de l’océan Arctique varie en fonction des saisons, et il est tout à fait habituel qu’elle diminue de moitié au cours des mois estivaux et ce, jusqu’à la mi-septembre, pour ensuite se reformer progressivement. Mais cet été, cette dernière aurait atteint son deuxième niveau le plus bas jamais enregistré depuis 1979, selon une étude publiée par le centre de recherche du National Snow and Ice Data Center (Centre de données nationales sur la neige et la glace) au Colorado.

D’après les données satellitaires fournies, la quantité de glace la plus basse fut enregistrée en 2007. Un terrible record qui semblerait flirter avec celui de cette année. Mark Serreze, responsable du centre de recherche, explique :

Ces observations nous disent que le déclin de la banquise arctique se poursuit et semble même être en train de s’accélérer.

Le réchauffement planétaire en cause

M. Serreze rappelle les fortes différences climatiques constatées entre les deux années. En effet, 2007 avait été riche en ciels exceptionnellement ensoleillés et en vents dont l’association avait accéléré la fonte des glaces. Cette année, par contre, de telles conditions ne se sont pas produites alors que la fonte a été quasiment aussi catastrophique. Un constat inquiétant pour le scientifique :

Cela nous confirme que la mer est vraiment en danger. L’épaisseur de la glace est devenue si mince qu’elle n’est plus capable de subir de choc supplémentaire en été.

S’il n’y a aucun doute que l’océan Arctique va geler de nouveau au cours de l’automne et de l’hiver, la qualité de la mer de glace en sera irrémédiablement affectée. Elle est de moins en moins épaisse et il est probable que cette dégradation empire année après année. M. Serreze affirme que cet amincissement de la glace pourrait conduire à des étés sans glace d’ici 2030. D’autres scientifiques le prévoient pour le milieu du siècle.

Mais pourquoi cela est-il aussi important?

Selon les scientifiques, lorsque la glace qui flotte à la surface de la mer fond, elle n’élève pas le niveau de la mer. Par contre, ils pensent que sa fonte en été est la cause (et le sera de plus en plus) des perturbations météorologiques puisque la différence de température entre les pôles et l’équateur est un régulateur du climat mondial. Sans compter les répercussions désastreuses sur la faune et la flore arctique.

Les morses, par exemple, ont pour habitude de nager autour de la mer de glace pour se nourrir dans les fonds de l’océan. Avec la diminution de celle-ci, ils abandonnent la banquise et se réfugient au large des côtes de l’Alaska. Mais de cette rive, il leur est beaucoup plus difficile de se nourrir car ils doivent nager plus loin pour chercher leur nourriture. Leur survie dépend donc de cette mer de glace.

npr.org

A lire aussi : latimes.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires