Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La "maison verte", une innovation adaptée au contexte local pour le tri des déchets

Chine / / Asie

Le tri des déchets en Chine, ça ne fonctionne pas. Les autorités ont tout essayé, mais on retrouve encore n’importe quoi, et en vrac, dans les poubelles. Alors l’invention d’un avocat de métier, cette “maison verte” installée dans les résidences et pouvant faire le tri à la place des consommateurs, intéresse.

 

 

 

 

 

Dans la "Maison Verte". Huang Xiaoshan vérifie le matériel à l’intérieur de son centre de traitement des déchets, la “Maison Verte”. © CFP

 

 

 

 

Huang Xiaoshan a été avocat pendant 20 ans. Depuis plus d’un an, il a arrêté son métier et s’est consacré à la réalisation et à la promotion d’un prototype de station de tri des déchets. Il y a investi environ 140 000 yuans [soit près de 16 000 euros]. Ces jours-ci, il a obtenu sa licence d’exploitation, et dans sa résidence de Pékin, sa station baptisée “maison verte” a commencé à recevoir et trier les déchets des habitants.

Le problème de la gestion des déchets en Chine est sérieux. Avec une population gigantesque qui adopte chaque jour un peu plus les habitudes occidentales de consommation inconsidérée, le traitement des ordures devient un casse-tête impossible.

L’exemple japonais

Huang Xiaoshan avait pris en 2009 les rênes de la contestation contre la construction d’une usine d’incinération près de son immeuble. C’est pour ça qu’il avait été invité par la mairie de Pékin à un voyage d’études au Japon, considéré comme un modèle en la matière. Il en est revenu avec une idée intéressante, qu’il n’a pas hésité à concrétiser, après ce constat désespéré :

En Chine, on demande depuis des années aux particuliers de trier les ordures. Les bacs séparés, les affiches d’encouragement, rien n’y fait.

En effet, la ville de Hangzhou a même tenté l’extrême : vérifier les sacs à ordure marqués au nom des résidents et “punir” les contrevenants. Même avec la manière forte, les résultats ne sont pas encourageants. Alors Huang Xiaoshan propose sa “maison verte”…

Projet viable

Les résidents jettent leurs ordures sans les trier, et dans le quartier résidentiel, une petite maison avec quelques employés va faire le tri de manière très fine. Séparation des déchets secs (verre, piles, papiers, …), séchage puis compost des déchets “liquides”. Tout ce qui peut être valorisé est vendu à des sociétés de recyclage, permettant ainsi de partiellement financer l’opération. Le reste est envoyé aux incinérateurs ou enfoui.

Le concept a séduit. Dès mi-juillet dernier, un ensemble d’ONG pour l’environnement s’est rassemblé derrière l’ancien avocat pour soutenir son projet. Les politiques de la ville ont fait des déclarations positives. Et il y a quelques jours, la première station de tri de Lu Shidan a commencé à fonctionner.

Les résultats seront suivis de près et avec espoir par tous les soutiens du concept, pour savoir si ce dispositif pourra être répété avec succès dans le plus de quartiers résidentiels possibles.

chinanews.com

A lire aussi :

gmw.cn

sina.com.cn

A lire sur Green et Vert :

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Bonjour,
    Voilà un projet qui pose question. Lorsqu’on regarde l’urgence que représente la question du tri en Chine, cette maison verte est une excellente idée; rapidement opérationnelle, efficace et duplicable (ce qui est un argument de taille). Par contre, quid de la sensibilisation des habitants ? Et des générations futures ? L’acte de trier est aussi une belle opportunité pour prendre conscience de sa production de déchets, et pourrait conduire à des choix plus responsables (achats en vrac, systèmes de recharges…).