Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Chic et ethnique ! Quand la haute couture fait appel aux tisseuses indiennes

/ Amérique du sud

Quatre grands noms de la mode hondurienne présentent une collection à partir d’étoffes tissées main par les femmes de la communauté Lenca. Un mariage réussi entre modernité et tradition millénaire, qui a donné lieu à un défilé remarqué dans la capitale du pays.

Mode éthique en Honduras.

Ana de Hernández (au centre) pose avec les indiennes lenca qui ont participé qu projet qu'elle a initié. © La Tribuna

Bien avant l’arrivée des premiers colons, les lenca maîtrisaient déjà à la perfection le tissage. Cet art était pratiqué sur des métiers en bois qui servent aujourd’hui encore à confectionner des tissus aux couleurs vives. Ces derniers sont le symbole culturel d’un groupe ethnique ayant su rester fidèle à ses traditions.

C’est l’énergie d’une avocate passionnée, Ana de Hernández, qui a permis au projet baptisé Mujeres Artesanas por una Vida Mejor (Femmes artisanes pour une vie meilleure) de voir le jour. Les objectifs sont l’amélioration des conditions de vie de ces travailleuses, et la valorisation de leur savoir ancestral.

Grosses pièces

Traditionnellement, les femmes lenca fabriquent des mouchoirs, des nappes, des écharpes et des châles. Mais dorénavant, grâce à l’intervention de créateurs renommés, leurs tissus serviront aussi à la confection de vêtements haut de gamme destinés à la mode urbaine.

Quatre icônes nationales de la haute couture – Gladys Gonzalez, Miguel Chong, Yoyo Barrientos et Diana Martinez – ont accepté de créer ensemble une collection alliant tradition et avant-gardisme. Celle-ci fut présentée le 9 septembre au cours d’un gala qui s’est tenu au centre de convention Juancarlos, à Tegucigalpa.

Partage de savoir-faire

Enthousiastes à l’idée de mieux connaître les communautés auxquelles leur travail allait profiter, les professionnels de la mode ont rendu visite aux artisanes lenca afin d’assister à la fabrication des étoffes multicolores qui font leur renommée.

Les modèles créés resteront à disposition des 120 femmes de la “route lenca”, un territoire qui traverse les départements de La Paz, de Lempira et d’Intibucá. La collection comprend également un ensemble de bijoux et d’accessoires de mode créés par Diana Martinez, et réalisés exclusivement à partir de matériaux provenant du Honduras.

Véritable passerelle tendue entre deux mondes qui coexistent quotidiennement sans se rencontrer, l’initiative solidaire d’Ana de Hernández redonne à l’artisanat traditionnel ses lettres de noblesse, tout en permettant aux femmes de la communauté lenca d’envisager un avenir meilleur.

latribuna.hn

A lire aussi :

latribuna.hn

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires