Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Championne du monde de l’emballage superflu

Chine / / Asie

10 épaisseurs de carton, de plastique, de métaux, ou de bois, pour un petit objet sans valeur… les Chinois y tiennent pour faire leurs cadeaux. L’État légifère pour endiguer le problème, mais sans effet. Il faudra un changement de mentalité du consommateur chinois, difficile à voir venir.

Emballage de gâteaux. Les “gâteaux de Lune” s’accompagnent traditionnellement d’emballages superflus…

Que ce soit du thé, une bouteille d’alcool ou un produit de maquillage, si c’est pour faire un cadeau, un consommateur chinois se tournera bien souvent vers le produit à l’emballage le plus faste. Bien des produits sont emballés avec du carton, du bois, du plastique, du cuir, des métaux, de la soie, du cristal,… on a même vu certains magasins de luxe vendre des petits paquets de thé dans une boite incrustée d’or…

Selon le Quotidien du peuple, 50% des produits chinois seraient “sur emballés”. 1/3 des déchets du pays soit la moitié de ses déchets secs seraient constitués par des emballages, dont la moitié sont qualifiables de “superflus”. Un gaspillage évalué à 400 milliards de yuans chaque année (plus de 46 milliards d’euros)…

Près de 2 millions d’arbres abattus

Cette pratique regrettable n’est pas seulement un problème évident pour la gestion des déchets. C’est aussi un gaspillage de ressources considérable. Un institut de recherche de Pékin a fait une étude ahurissante sur l’emballage des chemises. Le pays produit 1,2 milliards de chemises par an. 800 millions de pièces sont emballées dans des boites en carton, ce qui nécessite 240 000 tonnes de matériau.

Il faut environ 7 arbres d’un diamètre de 10 centimètres pour faire la pâte à papier nécessaire pour une tonne de carton. Pour emballer les 800 millions de chemises chinoises, il faut donc abattre 1 million 680 mille arbres chaque année, soit une grande forêt… Une dépense qu’il serait possible de s’épargner en utilisant des emballages plus simples (voire éco-performants tels que le “Clever Little Bag” ou le “Clever Little Shopper” de Puma).

Les problèmes ne s’arrêtent pas là, puisque ces emballages fastes sont souvent, en plus, dangereux pour la santé quand ils sont en contact avec de la nourriture (les emballages des “gâteaux de Lune” sont un exemple typique). Enfin, ils sont étroitement associés à la corruption car ils servent surtout aux cadeaux pour un officiel, un supérieur hiérarchique, un directeur de thèse…

La loi ne suffit pas

Le législateur chinois avait donc toutes les raisons du monde d’agir. Il l’a fait en avril 2010. Selon un règlement en la matière, il est depuis l’année dernière interdit d’emballer les aliments et les articles de maquillage avec plus de trois couches de matériau, les espaces vides ne doivent pas être supérieurs à 60% du volume de l’emballage, et la valeur de l’emballage ne peut pas dépasser 20% de celle du produit emballé. Au-delà, on est dans le domaine de l’emballage superflu, et dans l’illégalité depuis la mise en application de ce règlement.

Cependant, en un an, rien n’a changé. Selon les adversaires du règlement cité ci-dessus, il est très regrettable d’avoir limité le champ de la loi aux seuls aliments et maquillages. Mais la conclusion à cette histoire, c’est que la loi ne pourra rien changer. Ce qu’il faudrait, c’est un changement de mentalité du consommateur chinois. Car tant qu’il y aura des acheteurs, malheureusement encore majoritaires, qui réclameront du luxe pour emballer leurs cadeaux, il y aura des commerçants pour leur vendre. Gloire à ceux qui sauront sensibiliser les Chinois à la consommation responsable !

people.com.cn

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires