Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le plâtre, engrais naturel du futur?

/ Amérique du sud

Une nouvelle méthode consistant à répandre du plâtre sur les sols tropicaux dégradés par la disparition du couvert forestier, ou par l’utilisation de pesticides chimiques, permet d’améliorer de manière significative la qualité des productions agricoles.

Selon l’ingénieur agronome brésilien Joao Romero, le plâtre industriel peut s’avérer extrêmement utile pour redonner vie aux sols tropicaux du Guatemala mis à mal par la déforestation, notamment grâce à sa capacité à retenir l’humidité.

Au Guatemala, on estime que 51 % du territoire est strictement forestier. Il s’agit de sols plus fragiles, qui perdent rapidement leur fertilité lorsqu’ils sont utilisés pour l’élevage où l’agriculture. Chaque année, 74 000 hectares de forêt disparaissent et sont exposés à l’érosion.

Extrait aux États-Unis à partir d’une roche naturelle (le gypse), le plâtre industriel est composé de sulfate de calcium. Il permet aux sols tropicaux qui reçoivent beaucoup de pluie et de soleil de retrouver de manière naturelle l’équilibre nécessaire à leur utilisation agricole.

De meilleures récoltes

Joao Romero affirme que ce minéral peut être extrêmement bénéfique pour les cultures de café, de canne à sucre, et même de tomates ou de pommes de terre. Depuis 2009, il fertilise une plantation de caféiers de 500 hectares située dans le département de Sololá, où il a pu constater une nette amélioration de la taille, du poids et de la qualité des grains.

L’importante teneur en soufre et en calcium de cet engrais entraîne une meilleure croissance des racines, tandis que l’augmentation du taux d’humidité des sols favorise le développement du feuillage. La fertilisation à base de plâtre neutralise également le sodium et l’aluminium toxique, ce qui permet de réduire la salinité des sols et d’améliorer l’efficacité de l’azote et du potassium.

Un fertilisant accessible

D’abord utilisé en Afrique du Sud, aux États-Unis, au Brésil et en Australie, cette méthode s’est également développée en Amérique du Sud et fait des adeptes en Colombie, au Chili et en Argentine.

Le plâtre peut être incorporé au sol à tout moment, avant ou pendant la culture. Il est possible de le répandre à la main ou grâce à des outils mécaniques, en pratiquant un labour superficiel pour améliorer son absorption. Le minéral peut également être dissous dans l’eau d’arrosage et doit être appliqué à raison de 3 à 6 tonnes par hectare.

efeverde.com

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires