Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Crainte de forte sécheresse pour 2012

Royaume-Uni / / Europe

De l’autre côté de la Manche, le niveau de la nappe phréatique inquiète, et l’eau pourrait venir à manquer en cas d’hiver trop doux.

Canal New River. Canal New River, près de Londres. © Fin Fahey (Flickr.com)

La moitié des foyers britanniques pourrait tomber sous le coup de restrictions de consommation d’eau en début d’année prochaine si le niveau des précipitations ne revenait pas à la normale cet hiver. Après une année 2011 déjà très sèche, les compagnies de distribution demandent déjà à leurs clients de limiter leurs usages pour éviter la chute du niveau d’eau dans les réservoirs, les rivières et la couche aquifère souterraine.

Les températures étant encore extrêmement douces pour cette période de l’année dans certaines régions de l’Angleterre, les compagnies comme Thames Water et South East Water craignent que les précipitations ne soient pas suffisantes cet hiver pour éviter les restrictions, telles que l’interdiction d’utiliser les tuyaux d’arrosage, de laver sa voiture et d’arroser les terrains de sport. Richard Aylard, directeur des Affaires externes et du Développement durable chez Thames Water, prévient :

L’hiver dernier a été sec, tout comme l’été 2011. Si l’hiver qui vient est tout à fait normal, tout se passera bien. En revanche, en cas de deuxième hiver sec, ce sera plus difficile.

Mêmes craintes chez Veolia Water Central : “Le temps doit se gâter cet hiver si on veut que la nappe phréatique retrouve son niveau normal d’ici le printemps prochain. De faibles précipitations entraîneraient une sécheresse l’été prochain.”

Solutions d’urgence

Si ces scénarios-catastrophes sont possibles aujourd’hui, c’est parce que l’Angleterre connaît l’une de ses périodes les plus sèches depuis le début des rapports météorologiques en 1910. Les précipitations au centre de l’Angleterre représenteraient seulement 60% de la moyenne par rapport à l’année dernière. Les Britanniques ont pu profiter d’une météo clémente en novembre, même si certaines régions du Nord et de l’Ouest ont connu un mois plus humide et froid.

Thames Water, le plus grand fournisseur d’eau du pays, a affirmé avoir l’intention de lancer une campagne publicitaire montrant à ses clients de quelle rivière locale provenait leur eau afin de les persuader de protéger cette source lorsque les niveaux sont bas.

De plus, plusieurs compagnies, forcées de limiter la quantité d’eau qu’elles prélèvent dans les rivières pour protéger la faune, ont prévu de mettre en place de grands projets d’infrastructure afin d’éviter les futures pénuries d’eau, notamment la construction de nouveaux réservoirs. Thames Water a déjà construit une usine de dessalement (technologie couramment utilisée dans de nombreux pays du Moyen-Orient) pour transformer l’eau saumâtre de l’estuaire de la Tamise en eau potable en cas d’urgence.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires