Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Plus de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté

Brésil / / Amérique du sud

La zone pan-amazonienne, où habitent 34,1 millions de personnes (10% de la population d’Amérique du Sud), vit sous le seuil de pauvreté. Telle est la conclusion d’une étude de l’ARA (Articulation Régionale de l’Amazonie) révélée le mardi 15 novembre à Belém, durant le Forum “Amazonie durable”.

Le rapport rassemble des données concernant la mortalité, l’analphabétisme, la déforestation, entre autres, dans les neuf pays de la zone pan-amazonienne : Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Guyane, Guyane française, Pérou, Surinam et Venezuela.

La situation est la plus critique en Bolivie, où 60% de la population amazonienne vit avec moins de 0,75 US$ par jour. Si ce pays prenait en compte la méthodologie de l’ONU pour mesurer la pauvreté extrême, qui est de 1 US$ par jour, le pourcentage serait donc encore plus élevé. Adalberto Veríssimo, chercheur à l’ONG Imazon et coordinateur de la collecte des données au Brésil, affirme:

La région amazonienne est toujours la zone la plus pauvre dans chacun des pays concernés.

Scène de vie en Amazonie.

Scène de vie en Amazonie. © Ana_Cotta (Flickr.com)

Le cancre bolivien

Pour M. Veríssimo, ce type de cartographie “sans frontières” est important car la préservation de la forêt doit être faite conjointement. Le Brésil répond aujourd’hui pour environ 72% des taxes de déforestation récoltées annuellement, suivi par le Venezuela (12,5%) et le Pérou (6,5%). Mais, selon le chercheur, il y a un problème de cohérence des données. La Bolivie, par exemple, n’effectue un recensement de sa déforestation que tous les 10 ans.

D’après le rapport, les pays amazoniens sont loin d’atteindre les Objectifs du Millénaire, établis par l’ONU en 2000 et signés par 191 pays dont ceux de la zone pan-amazonienne. La mortalité infantile, par exemple, a chuté mais pas suffisamment pour être réduite des 2/3 d’ici 2015, comme le souhaitait l’ONU.

A cet égard, la Bolivie, encore elle, présente le plus mauvais taux: 73 morts avant 5 ans pour 1000 naissances, un indice au-dessus de celui des régions les plus pauvres du monde. Le Brésil a, lui, un taux de 27 morts pour 1000 naissances. La Bolivie présente également les indices d’éducation les plus bas. Actuellement, 17% de la population bolivienne d’Amazonie est analphabète. Au Brésil, ce taux est de 11%, alors que l’Unesco établit le taux critique à 5%.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires