Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Nombre record de catastrophes météorologiques en 2011

USA / / Amérique du nord

En 2011, les États-Unis ont connu une douzaine de catastrophes météorologiques qui ont coûté chacune au moins 1 milliard de dollars. Une fréquence record de désastres naturels, et les dépenses les plus élevées pour le gouvernement fédéral en 30 ans. Mis à part l’ouragan Katrina en 2005…

Inondation dans le Tennessee.

La crue du Mississippi en avril et mai derniers a causé des inondations destructrices. © Lance Cheung (U.S. Department of Agriculture)

De plus en plus de grands désastres

En 2011, les pertes totales dues aux tempêtes, inondations et sécheresses sont de 52 milliards de dollars [40 milliards d'euros]. Un chiffre qui, selon le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), serait encore bien loin du record enregistré en 2005 avec l’ouragan Katrina. Ce dernier aura en effet coûté à lui seul 145 milliards de dollars [111 milliards d'euros]. La catastrophe naturelle la plus chère de l’histoire américaine coûtant également la vie à plus de 1800 personnes.

Les catastrophes naturelles de 2011 auront, quant à elles, causées plus de 600 morts. Le blizzard du “jour de la marmotte” (“Groundhog Day”, le 2 février), l’ouragan Irene, les tornades et les sécheresses qui ont provoqué de nombreux incendies au Texas, au Nouveau-Mexique et en Arizona… Tous ont franchi le seuil de 1 milliard de dollars de dégâts chacun.

Une urbanisation effrénée et mal anticipée

Les hypothèses émises par les scientifiques de la NOAA, concernant l’augmentation des pertes causées par les ouragans, privilégient la croissance démographique et l’augmentation des constructions à proximité des plages plutôt que les changements climatiques. Cependant ils ajoutent :

Il y a des preuves que les changements climatiques peuvent affecter la fréquence de certains phénomènes météorologiques. La croissance démographique et le développement urbain dans les plaines inondables, accompagnés d’une augmentation des fortes pluies aux USA au cours des 50 dernières années, ont progressivement augmenté les pertes économiques dues aux inondations. Si le climat continue de se réchauffer, la fréquence des fortes pluies est susceptible de se poursuivre voire même d’augmenter. Il y a aussi des hypothèses qui prévoient une hausse des canicules et sécheresses extrêmes si le climat se réchauffe tout au long du 21e siècle.

Un inventaire douloureux

Les 343 tornades qui ont frappé 13 États américains à la fin avril ont été les catastrophes les plus coûteuses, avec des pertes totales de plus de 10,2 milliards de dollars [7,8 milliards d'euros] dont 7,3 milliards [5,6 milliards d'euros] pris en charge par les assurances. La ville de Tuscaloosa, en Alabama, a été durement touchée, comptabilisant 240 décès sur 321 victimes au total dans cet État.

Juste après se placent la sécheresse et les vagues de chaleur qui ont traversé le Texas, l’Oklahoma, le Nouveau-Mexique, l’Arizona, le sud-ouest du Kansas et la Louisiane. Le total des pertes directes au niveau des cultures, du bétail et de la sylviculture approche 10 milliards de dollars. En même temps, les pertes liées aux feux de forêt (Texas, Nouveau-Mexique et Arizona) s’élèvent à plus de 1 milliard de dollars.

L’ouragan Irene a causé plus de 7,3 milliards de dollars de dommages et entraîné 45 décès. Enfin la tornade de Joplin dans le Missouri a été la plus meurtrière en 61 ans, avec 160 décès. Elle fait partie des 179 autres tornades qui ont frappé 15 États à la fin mai, avec 9,1 milliards de dollars [7 milliards d'euros] de dégâts dont 6,5 milliards de dollars [5 milliards d’euros de sinistres assurés.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires