Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Pepsi et Coca-Cola, la course aux bouteilles vertes

USA / / Amérique du nord

Au cours de leurs décennies de concurrence, la bataille entre Coca-Cola et Pepsi a pris plusieurs couleurs : marron (cola), orange (jus), bleu (boissons sportives) et incolore (eau). Aujourd’hui, ils se battent pour la couleur verte. Les 2 rivaux sont en compétition pour produire la première bouteille de soda en plastique faite à partir de plantes.

Verre de Coca vert.

Fabriqué à base de plantes, le Coca aurait pu aussi avoir une couleur verte, tant qu'à faire...© zoomion (Flickr.com)

Des bouteilles fabriquées à partir de fibres végétales à 100%

En dépit des avancées technologiques annoncées, les clients ne devraient pas s’attendre à voir ces bouteilles à base de plantes sur les étagères des magasins de si tôt. Les entreprises ne sont pas assez confiantes dans les technologies  développées pour affirmer une date de sortie et s’acquitter de leurs ambitions environnementales.

Coca-Cola a dévoilé son dernier volet la semaine dernière, en présentant son travail avec trois laboratoires de recherche pour fabriquer du plastique à base de plantes. Les bouteilles à partir de ces matériaux seraient distribuées auprès des consommateurs d’ici quelques années.

Pepsi souhaite devancer ce calendrier et revendiquer le premier emballage à 100% écologique. La société avait informé en mars dernier d’une découverte clé dans la fabrication de bouteilles faites à 100% à partir de plantes. La semaine dernière, la firme confirmait qu’elle était dans les temps pour effectuer un test l’année prochaine sur 200 000 bouteilles.

Mais jusqu’à ce que Pepsi ait procédé à l’essai, les dirigeants confirment qu’ils ne peuvent pas donner de date pour une production à grande échelle. Denise H. Lefebvre, vice-présidente mondiale pour l’emballage des boissons de l’entreprise, explique que “le test est très important pour déterminer la rentabilité des coûts et ses procédés de fabrication.” Elle révèle cependant que l’entreprise travaille toujours sur les détails de ce test.

Les défis techniques

Coca-Cola a été le premier à se lancer dans la course à la bouteille verte quand, en 2009, il  commence à vendre son eau Dasani aux États-Unis dans des bouteilles plastiques contenant 30% de plantes. L’entreprise a déclaré que d’ici 2020 l’ensemble de ses bouteilles en plastique seraient produites avec ce taux de 30%. Mais la société a été plus prudente quand au début de la commercialisation de bouteilles entièrement faites de matériaux végétaux.

Avec l’aide d’un nouveau partenaire, Virent, Coca-Cola espère mettre en service d’ici 2015 une unité de production de plantes pour fabriquer des bouteilles en plastique à grande échelle. De même, Mme Lefebvre déclare que Pepsi suit un chemin similaire en s’associant à des entreprises qui développent différentes façons de résoudre le casse-tête du plastique végétal. Les noms des partenaires ne sont pourtant pas divulgués.

Les limites du procédé

Allen Hershkowitz, chercheur au National Resources Defense Council, un groupe écologiste, a déclaré que le processus de production du plastique d’origine végétale génère de petites quantités de gaz à effet de serre en comparaison avec des plastiques fabriqués à partir de pétrole.

Cependant, il explique également que l’origine du matériel végétal est importante dans l’évaluation de l’impact environnemental. M. Hershkowitz convient que l’utilisation de déchets agricoles, comme les tiges de maïs ou autres résidus agricoles, sont meilleurs que l’utilisation de productions végétales consommables  telle que la canne à sucre ou le maïs. En effet, les cultures réservées à la production de plastique “utilisent beaucoup de terres, affectent le prix des produits alimentaires et demandent l’usage de nombreux engrais”, explique-t-il.

A cela, Pepsi répond qu’il allait utiliser des déchets agricoles, comme les écorces de maïs, de pin ou d’orange pour la réalisation de ses bouteilles. Même chose pour Coca-Cola. Peu importe comment les bouteilles sont produites, selon M. Hershkowitz, les plastiques produits à base de plantes posent toujours le problème des déchets. Il pense que les entreprises comme Coca-Cola et Pepsi devraient favoriser une législation qui obligerait le secteur alimentaire à financer les opérations de recyclage afin d’augmenter le recyclage du plastique.

Les deux entreprises ont fait l’objet de vastes initiatives pour rendre leurs opérations plus écologiques, en prenant des mesures pour réduire l’utilisation de l’eau et de l’énergie. Mais celles-ci ont minimisé les avantages marketing d’être le premier dans la commercialisation de bouteilles en plastique à base de plantes. Mme Lefebvre déclare :

Nous n’avons pas l’impression que c’est une course. Nous pensons plutôt que nous travaillons tous ensemble pour contribuer à un meilleur environnement et à une bonne stratégie d’affaires.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires