Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Carrefour stoppe la vente d’ailerons de requins

Singapour / / Asie

Le distributeur français imite la première chaîne de grande surface de la cité-état. Un pas en avant pour les écologistes qui s’inquiètent de la baisse de la population du requin dans les eaux du monde entier. En cause, l’explosion de la consommation asiatique.

L'aileron de requin est un aliment très prisé en Asie. ©Nicholas Wang (Flickr)

La pêche aux ailerons de requins ou ‘shark finning’ est une pratique cruelle mais rémunératrice. Cruelle car les pêcheurs, après avoir pris les squales dans leurs filets, découpent les ailerons et rejettent le reste par-dessus bord, évitant de transporter à terre le poids des requins dont la chair ne vaut pas grand-chose. Les requins coulent et meurent lentement au fond de l’océan. Pratique rémunératrice car le cours de l’aileron est très élevé. Et il ne cesse d’augmenter tant le mets traditionnel chinois est un ‘must’ dans les repas d’affaires. L’hôte se doit de prouver l’importance qu’il donne à son invité en faisant servir ce plat des plus onéreux. Avec l’amélioration des revenus des Chinois, la consommation progresse à un rythme soutenu.

Une pratique combattue par les ONG environnementales

Les défenseurs de la nature, au premier rang desquels on trouve le WWF, font de l’interdiction du commerce de l’aileron de requin, un champ de bataille primordial. Se heurtant souvent à des administrations qui rechignent, ils cherchent à convaincre les consommateurs, les restaurants et les distributeurs. Parmi leurs succès importants, la décision du Peninsula Hôtel de Hong Kong, un prestigieux établissement de l’ancienne colonie britannique, de ne plus servir le plat. Une décision prise suite à une campagne de sensibilisation de WWF Hong Kong. Et c’est désormais Singapour, ‘capitale des Chinois d’outre mer’, qui agit.

Après Cold Storage et FairPrice, deux chaînes de distribution de la cité-état, c’est Carrefour qui retire les ailerons de requins de ses rayons. Selon le distributeur français, cette décision a été prise en seule considération de son engagement pour les pratiques durables. Une décision prise au lendemain de celle de FairPrice. Le public, notamment via les réseaux sociaux, se scandalisait de l’attitude provocatrice de certains fournisseurs du produit.

Une décision qui aura peu de répercussions sur la consommation d’ailerons

La décision de Carrefour est une bonne nouvelle pour la conservation des requins. Mais ce n’est qu’une goutte d’eau qui n’aura que peu d’effet sur la consommation. Les consommateurs dégustent la soupe à l’aileron presque exclusivement dans les restaurants, qui se fournissent rarement dans les supermarchés. La clé du succès pour réduire le shark finning tient plus dans la sensibilisation des consommateurs.

Le géant de la NBA Yao Ming a, dans cette optique, participé à une campagne promotionnelle récente. Dans les spots télévisés, on le voit refuser une soupe à l’aileron : ‘dites non à cette pratique cruelle’ semble-t-il dire.

Malgré son aura dans le monde chinois, peu de personnes l’imitent. Et si la demande reste, le boycott par la grande distribution sera certainement contourné par des hommes d’affaire peu scrupuleux.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires