Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Tourisme responsable en Terre de Feu

Argentine / / Amérique du sud

La visite des îles du canal Beagle, au large d’Ushuaia, peut désormais s’effectuer à bord d’embarcations soumises à un code de bonne conduite environnementale. Une initiative qui permet de découvrir la faune et la flore du bout du monde, sans perturber cet habitat fragile.

La canal de Beagle reçoit 170 000 visiteurs par an. ©Tanenhaus (Flickr)

Même au bout du monde, les touristes sont nombreux. Au point d’exercer une pression excessive sur l’environnement. Sur les eaux du canal Beagle (couloir interocéanique reliant l’Atlantique au Pacifique), l’afflux constant de visiteurs dérange souvent les populations d’oiseaux et de mammifères, habitués à la solitude d’un environnement particulièrement inhospitalier.

Une certification de tourisme durable

Depuis décembre 2011, les entreprises offrant des balades en mer au départ d’Ushuaia peuvent afficher un label distinctif, récompensant leurs efforts en matière de tourisme durable. Baptisée Engagement Onashaga, la certification implique le respect de mesures visant à concilier observation et préservation des nombreuses espèces qui peuplent les côtes de la région. D’importantes colonies de manchots papous, de manchots de Magellan, de cormorans impériaux, de cormorans de Magellan, de labbes du Chili ou encore de sternes hirundinacées ont installé leurs quartiers dans cette région entre le Cap Horn et la Terre de Feu.

Des mesures pour limiter les perturbations de l’environnement

Pour ne pas les perturber, les capitaines d’embarcations signataires du label Onashaga s’engagent à se coordonner pour l’approche des îles: un seul bateau à la fois, à vitesse réduite, tandis que les autres attendent au large ou visitent d’autres îlots. Les haut-parleurs utilisés pour communiquer avec les passagers sont désactivés, et les visiteurs sont invités à parler à voix modérée et à ne pas nourrir les animaux.

Des dispositions techniques évitent tout déversement accidentel de combustible en mer, et il est rappelé aux touristes qu’il est interdit de jeter le moindre déchet par-dessus bord, mégots de cigarettes compris. Sur les îles où le débarquement est autorisé, les visiteurs sont cantonnés aux sentiers signalés, afin de préserver la flore sauvage.

Chaque année, 170 000 personnes naviguent sur les eaux du bout du monde. Sur les 20 embarcations qui parcourent le canal Beagle, dix ont déjà postulé pour la certification Onashaga, huit l’ont obtenue.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires