Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Bientôt à l’abri des épidémies?

Madagascar / / Afrique

La capitale, Antananarivo, projette la mise en place d’une station d’épuration de ses eaux usées. Mais le financement du projet, estimé à 74 millions d’euros, n’est pas encore assuré.

La ville d'Antananarivo veut se doter d'une station d'épuration. ©Hery Zo Rakotondramanana (Flickr)

La Ville des Mille à l’abri des épidémies.

C’est le slogan du combat que mène le Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) pour la propreté de la capitale malgache. Le Samva a construit cinq stations de pompage. Il projette maintenant la mise en place d’une station d’épuration des eaux usées. Le directeur général du Samva, Niry Rasamoelimihamina déclare:

C’est d’abord pour le respect de l’environnement. Cette station d’épuration nous débarrassera des déchets ménagers et des matières fécales. L’eau deviendra enfin propre. Et puis, ceux qui utilisent les puits n’auront plus à s’inquiéter de la diarrhée. Ce sera aussi utile pour ceux qui utilisent au quotidien la rivière Ikopa.

Le coût du projet est pharaonique. La station d’épuration aura deux étages. Elle nécessitera des tuyaux d’alimentation qui conduiront en hauteur les eaux sales et les déchets fécaux. Environ 330 litres d’eaux usées par seconde entreront dans cette station d’épuration pour se jeter ensuite dans l’Ikopa.

Les financements restent incertains

Mais la recherche de financement est toujours en cours. Le chef de service d’assainissement d’eaux usées et de produits de vidange au sein du Samva, Bakoliarisoa Rasoarimisa, le confirme:

Une ONG œuvrant dans le domaine de vidange de fosse a montré de l’intérêt, mais on a encore un besoin énorme de financement

La construction se fera sur un bassin de 3 ha, aux alentours de la rivière Ikopa, où sera également implanté un lieu de détente. Pas d’inquiétude à avoir, les nombreuses fougères présentes devraient filtrer les odeurs.

Des bienfaits qui restent encore un rêve

Cette station créera une cinquantaine d’emplois, pour les employés qui assureront la gestion du lieu. Les grandes sociétés sont aussi concernées par ce projet, vu que les eaux du canal Andriantany, du marais Masay et de l’Ikopa doivent être nettoyées. En attendant, pour que le rêve devienne réalité et pour que la population ne tombe plus malade à cause de la qualité de l’eau, il faut qu’un bailleur de fonds se décide à investir dans le projet.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires