Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une mine de cuivre alimentée à l’énergie éolienne

Chili / / Amérique du sud

Le plus grand parc éolien du pays servira à alimenter le site de Los Pelambres, auquel il fournira 80% de l’électricité produite. En misant sur les énergies renouvelables, l’industrie minière entend prouver qu’elle fait du développement durable l’une de ses priorités.

La société d'extraction minière Minera Los Pelambres investit dans l'éolien. ©Erik Ogan

Après les projets de centrales photovoltaïques et de collecteurs solaires annoncés par plusieurs géants de l’extraction de métal dans le nord du pays, c’est au tour de la compagnie minière Minera Los Pelambres (MLP), de jouer la carte de l’énergie renouvelable. L’entreprise s’est engagée à acquérir 80% de la production du futur parc éolien El Arrayán, qui devrait bientôt voir le jour dans la IVéme région de Coquimbo, près de la ville côtière de Tongoy.

20% des besoins énergétiques de l’exploitation couverts par l’éolien

Avec 50 turbines et une capacité installée de 115 mégawatts, le site deviendra le plus grand du genre au Chili. Sa construction représente un investissement de 270 millions de dollars. Le contrat souscrit par Los Pelambres engage la compagnie à acheter 280 gigawatt-heures par an pendant 20 ans, soit 20% des besoins de l’exploitation minière.

Pour Nicole Porcile, responsable du Développement et des Affaires de l’entreprise,

Cet accord reflète notre ferme intention de développer l’exploitation minière de manière durable et innovatrice. Chez MLP, nous misons sur une solution énergétique qui intègre une vision à long terme pour la région et pour le pays. Cet aspect est essentiel pour le nouveau modèle commercial de l’entreprise et pour la façon dont celle-ci considère le développement durable de ses opérations.

Ce projet devrait également permettre à l’entreprise de générer 160 000 tonnes de crédits carbone par an, soit 88 % de ses émissions de CO2.

Avec l’entrée en activité du parc éolien El Arrayán, Minera Los Pelambres deviendra la compagnie minière consommant le plus d’ERNC (Énergies renouvelables non conventionnelles) du pays.

Au Chili, cette classification comprend l’énergie éolienne, les petites centrales hydroélectriques, la biomasse et le biogaz, la géothermie, le solaire et l’énergie marémotrice. Les méga-barrages hydroélectriques, dont les répercussions sur l’environnement sont parfois importantes, en sont exclus.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires