Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Un sommet international des recycleurs de rue

Nicaragua / / Amérique centrale

Plus de 200 représentants venus de toute l’Amérique latine se sont réunis à Managua à l’appel du Réseau Latino-américain et Caribéen des Recycleurs. L’échange d’expériences a pour objectif d’améliorer les conditions de travail des millions de personnes qui vivent de la collecte de matériaux recyclables.

Les recycleurs de rue font leur sommet à Managua. ©Emilio (Flickr)

Pour la quatrième année consécutive, le Réseau Latino-américain et Caribéen des Recycleurs a organisé une rencontre destinée à soutenir les organisations de chiffonniers à travers tout le continent. 21 pays ont participé au sommet, afin de définir la politique et les actions communes que les recycleurs entendent mener au cours de l’année 2012.

L’initiative a été l’occasion de célébrer la première rencontre centraméricaine de “recycleurs” et “recycleuses”, qui a réuni plus de 200 chiffonniers de la région. Appelés pepenadores, cartoneros, thawis, cirujas, wastepickers ou churequeros selon leur pays d’origine, ces travailleurs informels constituent la base du système de recyclage des déchets en Amérique latine.

Une activité qui génère 60 millions de dollars par an au Nicaragua

Selon le journal el Nuevo Diario, l’activité génère déjà 60 millions de dollars par an au Nicaragua (46 millions d’euros), grâce notamment à une forte demande de matière premières métalliques de la part des États-Unis, de l’Asie et de l’Europe. Les pays sud-américains et centraméricains consomment pour leur part d’importantes quantités de plastique, de papier et de carton recyclés.

À travers cette initiative, les organisateurs du sommet espèrent pouvoir propager les bonnes pratiques observées dans certains pays comme l’Argentine ou le Brésil, afin d’obtenir une meilleure organisation et une plus grande reconnaissance du travail effectué par les chiffonniers. La précédente édition de la rencontre des recycleurs s’était tenue au Chili, et avait réuni des représentants de quatre pays sud-américains.

Cette année, l’évènement a gagné en importance, avec des participants venus d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, du Chili, de Colombie, du Costa Rica, de Cuba, d’Équateur, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Nicaragua, de Panamá, du Paraguay, du Pérou, de République Dominicaine, d’Uruguay et du Venezuela.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires