Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Suivi de la feuillaison du noisetier

Alors que les premiers naturalistes en herbe s’intéressent aux vers de terre depuis une semaine, Missions Printemps vous propose de plonger au cœur de la phénologie (l’observation des saisons) en suivant la feuillaison des noisetiers. Une mission pour observer l’arrivée du printemps, constater les éventuels décalages, visualiser les différences selon les latitudes et les reliefs…

Cette deuxième mission est d’autant plus facile qu’elle concerne un arbre: le noisetier! Il suffit donc d’en trouver deux près de chez vous et d’observer l’éclosion de leurs bourgeons. L’enjeu? Aider les scientifiques à comprendre les effets du changement climatique sur cette espèce bien répandue.

Au printemps, les feuilles du noisetier sont les premières à s’épanouir

Copenhague, Cancún, Durban, les sommets sur le climat se suivent et se répètent alors que les températures moyennes mondiales ne cessent d’augmenter. En France, le rythme des saisons s’enraye avec des hivers et des printemps d’une douceur exceptionnelle ; l’automne-hiver 2011 est en seconde place des automnes-hivers les plus chauds du XXe siècle ! Or le froid est nécessaire à de nombreux arbres pour « se préparer » au printemps. Et le noisetier, bien connu pour ses noisettes mûres à l’automne, n’échappe pas à ce passage obligé. Mais dès qu’il a atteint un certain quota de froid et que les températures deviennent plus douces, le noisetier s’empresse de fleurir pour se hâter ensuite d’épanouir ses feuilles. Un comportement bien particulier qui en fait l’arbre le plus précoce de France. D’où son utilisation par les scientifiques, comme un indicateur du changement des saisons.

Dater l’apparition des feuilles du noisetier

Dans les régions situées au-dessus de 200 mètres d’altitude, les noisetiers les plus précoces de 2006 à 2009 bourgeonnaient entre le 15 et le 30 mars. Depuis, la date s’est décalée au 7 mars ! Or, plus ils fleurissent tôt, plus ils deviennent fragiles face à des chutes brutales de températures. Le gel risquant, par exemple, de tuer leurs futurs descendants abrités dans les noisettes en formation. Alors que feront les noisetiers de 2012 ? Seront-ils encore plus précoces que 2011? Ou seront-ils au contraire « déboussolés » par le manque de fraîcheur ? Avec un mois de décembre 2011 exceptionnellement chaud (entre 1,4 °C et 2°C au dessus de la moyenne), mais un mois de février très froid, les scientifiques sont dans l’expectative. Il s’agit donc d’enquêter dans la France entière. Avec l’Observatoire des SaisonsPhénoclim et Missions Printemps, devenez les grands témoins du réveil du noisetier !

Au printemps, les bourgeons éclosent

Pour cela, rien de plus facile. Nous vous proposons de choisir deux noisetiers (ici, comment reconnaître un noisetier) proches de votre domicile ou d’un lieu que vous fréquentez souvent, un jardin, un parc, une cour d’école, etc. et d’en devenir les grands témoins en notant les dates d’ouverture de leurs bourgeons. Entre eux et vous, plus de secrets ! Attention, suivez le protocole d’observation ici avant de « poster » vos observations. Simple et rapide !

Les conditions idéales de la mission « noisetiers »

Quand : de février (pour les régions de plaine) à fin mai (pour les zones situées à plus de 1000 mètres d’altitude)
Météo : temps couvert ou ensoleillé, mais pas de pluie pour les photos !
Moment de la journée : aux heures pas trop sombres

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires