Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Des statistiques énergétiques décevantes

Chine / / Asie

Les statistiques annuelles publiées fin février ont montré, au chapitre énergétique, une réduction de 2,01% de la consommation par unité de PIB. Pas assez pour remplir les objectifs du douzième plan quinquennal, encore moins pour réduire la consommation effective…

Malgré une légère baisse de son intensité énergétique, la Chine a vu sa consommation énergétique fortement augmenter en 2011. ©Basheer Tome (Flickr)

Car outre cette diminution de l’intensité, ce qu’on retiendra au chapitre énergétique des statistiques annuelles, c’est la progression galopante de la consommation globale. Elle a augmenté de 7% en 2011, soit le plus fort rythme de progression depuis 2007 (7,8%). Cette augmentation a porté la consommation énergétique chinoise à 3,48 milliards de tonnes équivalent charbon (TEC). Ce qui la place, selon les statistiques du ‘Energy Information Administration’ (EIA) américain, juste derrière les États-Unis.

Selon les taux de conversion adoptés par le bureau des statistiques chinois et l’EIA, la consommation chinoise, rapportée en ‘British Thermal Units’ se montait à 96,66 millions de milliards de BTU, contre 97,88 pour les Américains. Un classement international qui n’est pas partagé par tous. Les calculs de l’agence internationale de l’énergie (qui utilisent une méthode différente) placent la Chine en tête des consommateurs d’énergie depuis 2010.

Des chiffres moins bons qu’espérés

Tous les analystes s’accordent pour regretter la faible baisse de l’intensité énergétique du pays. Pour créer un million de dollars de PIB aux USA, on consomme beaucoup moins d’énergie qu’en Chine. Même après la baisse de 2,01% annoncée par les statistiques de 2011. Le gouvernement chinois ne pourra pas nier que ces chiffres sont plus médiocres qu’espéré. Car l’objectif pour la période allant de 2011 à 2015 est de réduire l’intensité énergétique de 16%. Avec à peine plus de 2% par an, la Chine sera loin du compte à l’arrivée.

Autre souci, l’augmentation de demande énergétique s’est une fois de plus tournée vers le charbon. La consommation de houille a augmenté de 9,7%, un rythme sensiblement plus élevé que celui de la consommation globale. La consommation de pétrole a été limitée à une augmentation de 2,7%, celle en électricité bondit de 11,7%. Un tableau qui reflète la volonté du gouvernement de limiter sa dépendance extérieure. Le charbon est abondant sur le territoire, tandis que la Chine est fortement déficitaire en matière de pétrole.

Avec de tels résultats et malgré une politique sincère de diminution des émissions de GES, la Chine risque fort de continuer longtemps à être la locomotive de l’économie mondiale… avec une grosse fumée noire s’échappant de sa cheminée…

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires