Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Pas de charbon sur le Zambèze

Mozambique / / Afrique

Proposée par la société Riversdale comme une voie supplémentaire pour le transport du charbon, l’utilisation de barges sur le fleuve Zambèze aurait des conséquences environnementales désastreuses. De leur côté, les économistes défendent la viabilité de l’idée de naviguer sur le Zambèze afin de réduire les coûts de transport du charbon de Tete.

Les barges attendront encore avant de transporter des minerais sur le Zambèze au Mozambique. ©Insignificant (Flickr)

Riversdale souhaite transporter, dans un premier temps, deux millions de tonnes de charbon par an sur des barges qui suivraient le fleuve Zambèze jusqu’au port de Beira, avant de passer progressivement à 12 millions de tonnes.

Mais le ministre des Transports et Communication, Paulo Zucula, a rejeté la proposition. Il affirme que l’impact environnemental est très négatif et qu’il n’existe aucune solution pour en atténuer les effets. Le transport fluvial n’est donc pas retenu pour transporter le charbon depuis la province de Tete jusqu’à la côte:

Tous les quatre ans, nous avons des problèmes avec le fleuve Zambèze, qui sort de son lit et tue des gens. Si nous draguons le fleuve et élargissons ses marges, nous aurons encore plus de problèmes.

La proposition a été largement contestée par les écologistes. Ils ont lancé l’alerte sur ses conséquences environnementales désastreuses qui, à moyen et long terme, se traduiraient par des coûts économiques importants.

Un pays qui manque d’infrastructures

L’exploitation du charbon bat son plein au Mozambique. Et, au-delà de l’impact écologique lié à son extraction, le transport du minerai pose aussi problème. Le pays manquant cruellement d’infrastructures. La multinationale Vale a dû avoir recours à une solution inédite pour charger ses bateaux. Début 2012, elle a opéré avec succès un transbordement de charge en haute mer entre deux de ses bateaux.

Cette opération permet de terminer le chargement de certains navires qui ne peuvent être complètement remplis à quai. Elle permet aussi de charger des navires plus gros, de type Panamax et Capesize, qui ne peuvent amarrer dans le port de Beira, son canal d’accès n’étant pas assez profond.

Le département Environnement de Vale assure que ces opérations de transbordement en haute mer sont totalement sûres. Il explique que les navires possèdent des équipements de contrôle modernes et efficaces, tels que des capteurs de poussière et des systèmes de gestion sélective des résidus et des ressources hydriques, prévenant toute contamination en mer et à bord des navires.

Vale a extrait 620 000 tonnes de charbon au Mozambique en 2011 – 140 000 tonnes ont été exportées.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires