Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Bientôt une loi sur les emballages?

Argentine / / Amérique du sud

Pour obliger les fabricants à prendre en charge le recyclage de leurs emballages, 24 organismes écologistes soumettent un projet de loi au Parlement. Il y a urgence: les plastiques représentent près de 20% des ordures ménagères.

Les sacs plastiques, bientôt disparus des commerces argentins? ©velkr0 (Flickr)

Depuis 1992, les propositions de lois se succèdent en vain. Aucune d’elles ne parvient à établir la responsabilité des producteurs en matière de traitement des emballages. Les associations de défense environnementale dénoncent les pressions exercées par les entreprises. Elles font enterrer de manière systématique les initiatives en faveur du recyclage.

Présenté par le sénateur Daniel Filmus, un nouveau texte inspiré des réglementations européennes revient à la charge et semble avoir créé un consensus au sein des chambres d’entreprises. Le projet prévoit l’obligation pour les producteurs de s’associer en filières, afin de procéder à l’élimination ou à la valorisation des emballages utilisés. Pour les fabricants d’eau minérale ou de boissons gazeuses, il s’agit par exemple d’assurer le recyclage des bouteilles ou de les réutiliser grâce à un système de consignes.

Plus de sacs plastiques gratuits

Le texte interdit aux supermarchés de distribuer gratuitement des sacs en plastique, ou impose sinon l’utilisation de matériaux recyclables comme les sacs en papier. Si ces mesures nécessitent un investissement initial important, Andrea Burucúa, de l’association Ecosur, assure:

Il est prouvé que le recyclage et l’utilisation d’emballages consignés réduisent les coûts pour tous les acteurs de la chaîne. À l’heure actuelle, les coûts sont plus importants et c’est toute la communauté qui les assume, sans compter le gaspillage de ressources non renouvelables.

Le projet de loi déposé par Daniel Filmus repose sur le principe de “responsabilité élargie du producteur” (REP). Il oblige les fabricants à assumer la gestion des déchets finaux ou intermédiaires générés par les produits qu’ils commercialisent. Développée par l’OCDE, cette notion incite les entreprises à considérer les coûts impliqués par leurs activités et à minimiser le recours aux matériaux difficilement recyclables.

Prendre conscience de sa consommation de plastique

Les associations écologistes s’inquiètent notamment de l’utilisation croissante des matières plastiques. Dans un document présenté aux parlementaires, elles affirment:

Les plastiques, provenant principalement des emballages, représentent 19,15% des déchets ménagers.

Adriana Córdoba, membre de l’association Centro Oeste de Estudios Políticos y Socio Ambientales, pointe également le rôle central des consommateurs à ce niveau:

Les gens ne font pas attention à la quantité de plastiques qu’ils consomment […]. Une politique publique d’éducation à la consommation responsable est nécessaire.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires