Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une gigantesque usine de dessalement pour Dahej

Inde / / Asie

La grande zone industrielle de Dahej souhaitait dévier les eaux du fleuve Narmada pour subvenir à ses besoins. Face au refus des autorités, soucieuses de ce cours d’eau sacré, Dahej s’est tourné vers la désalinisation de grande envergure. La plus grande usine de dessalement d’Asie va voir le jour.

Le fleuve Narmadâ, sauvé des convoitises industrielles par une immense usine de dessalement. ©Pablo Ares Gastesi (Flickr)

Un consortium international composé de deux sociétés japonaises et d’un groupe singapourien va développer l’usine. L’investissement de 20 milliards de roupies (environ 302,6 millions d’euros) est prévu pour traiter jusqu’à 75 millions de gallons par jour (soit plus de 284 millions de litres par jour).

Ce projet gigantesque a été annoncé par le ministre de l’industrie de l’état du Gujarat, Saurabh Patel. L’unité de dessalement va fournir en eau le complexe industriel de Dahej, un projet pharaonique de l’industrie pétrochimique qui doit attirer des investissements cumulés de 700 milliards de roupies (environ 10,6 milliards d’euros).

Le fleuve Narmadâ épargné

A l’origine, la zone industrielle de Dahej souhaitait profiter d’une déviation des eaux du fleuve Narmadâ. Le cinquième plus long cours d’eau indien fait aussi partie des sept rivières sacrées de l’Inde. C’est une des causes du recul du gouvernement, alors que les pourparlers étaient très avancés. Autre raison avancée par un responsable du gouvernement du Gujarat, impliqué dans le processus qui a vu le refus de la demande de déviation des eaux:

Autoriser de dévier les eaux du Narmadâ pour alimenter une zone de pétrochimie, ça aurait créé un précédent. J’imagine que d’autres investisseurs d’autres régions auraient pensé à cette solution, et à long terme, ce n’est pas viable pour le pays.

Voilà donc un cours d’eau sauvé de l’industrie. Reste à savoir si la gigantesque unité de dessalement fonctionnera de manière durable, avec une empreinte écologique maîtrisée. Rendez-vous dans quelques années pour un état des lieux!

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires