Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Un restaurant qui mise sur la relève

Canada / / Amérique du nord

Véritable institution culinaire de Montréal, le restaurant Le Continental célèbre ses 25 ans. Pour souligner cet anniversaire, l’établissement lance plusieurs événements et s’engage à verser une partie de ses recettes sous forme de bourses à la relève du cinéma et de la restauration.

Affiche de l'événement. ©Le Conti

Pénurie de main d’œuvre et culture de la relève

Avec la récession économique de 2008 et 2009, le problème de pénurie de main-d’œuvre dans le secteur du tourisme, et particulièrement celui de la restauration, fut momentanément apaisé. Selon le rapport du conseil canadien des ressources humaines en tourisme, la croissance économique reprend une courbe ascendante depuis 2010 avec une population canadienne vieillissante. Le rapport prévoit d’ici 2025 une pénurie potentielle de main-d’œuvre de près de 50 500 emplois à l’année au Québec. Il confirme également que le secteur le plus touché sera celui de la restauration. Il semble donc fondamental de veiller à l’intérêt des jeunes, les former et les encourager à suivre des programmes d’apprentissage adéquats pour développer la culture de la relève. Un manque qui semble pourtant criant…

Solidarité entre les générations : faut-il renouveler le regard sur la jeunesse ?

Beaucoup de jeunes ont un sentiment d’angoisse par rapport à l’avenir. Des centaines de milliers d’entre eux sortent sans diplôme du système scolaire et des milliers d’étudiants sont menacés par le décrochage universitaire avec des frais d’études toujours à la hausse. Les jeunes québécois, confrontés aux dettes pour étudier et à la précarité, se tournent souvent trop tôt vers le marché du travail. Un salaire régulier étant alors plus séduisant qu’un diplôme.

La solution se trouverait-elle dans le développement de l’apprentissage par un système de bourses offert par les entreprises de restauration elle-même ? Une manière de s’impliquer socialement et durablement dans sa communauté tout en assurant l’avenir de son entreprise ?

C’est une orientation que prend le restaurant Le Continental à Montréal en lançant les festivités de son 25ème anniversaire avec, entre autre, une cuvée très spéciale.

Le restaurant Le Continental s’engage auprès de la relève

Ouvert en 1987, Le Conti, comme le surnomme les habitués, est connu et fréquenté par les artistes, les gens du cinéma et les amateurs de culture. Pour célébrer son anniversaire, il présente un menu composé de ses plats les plus populaires et d’une cuvée spéciale produite par le vignoble du Loup blanc, situé dans le sud de la France.

Mais, ce n’est pas tout ! En achetant cette cuvée, les amateurs de vin encourageront du même coup la relève du cinéma et de la restauration. Pour chaque bouteille vendue, l’établissement versera trois dollars dans un fond destiné à encourager la jeunesse.

La direction du restaurant a annoncé qu’elle organisera diverses activités tout au long de l’année afin d’amasser des fonds pour l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). Les deux copropriétaires, Laurent Farre et Alain Rochard, veulent faire leur part pour aider la nouvelle génération. Entre autres, des expositions de tableaux et de photos avec encans silencieux, des dîners-bénéfices et des soirées thématiques qui permettront d’offrir des bourses de perfectionnement aux étudiants en cuisine et en sommellerie.

Le restaurant s’associe également à l’Institut national de l’image et du son (L’inis) pour le financement d’un court-métrage réalisé par des diplômés de l’école. Le réalisateur Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y., Café de Flores) a d’ailleurs accepté de faire partie du jury qui sélectionnera le scénario gagnant et qui devra être conçu autour du thème « Ça s’est passé au bistro ». Avec en toile de fond, Le Conti évidemment !

Laurent Farre, copropriétaire du Continental, précise :

« La relève en cuisine et en sommellerie nous tient à cœur. Il est ardu de percer dans ces milieux et il est impératif d’assurer une relève à la hauteur. Aussi, comme le Conti est né de l’imagination de plusieurs amis dont l’idée était de proposer à la communauté artistique et aux artisans des milieux cinématographiques, télévisuels et culturels un lieu à leur mesure, nous ne pouvions oublier cette relève. Nous sommes emballés par notre association avec l’ITHQ et l’inis et, surtout, de contribuer à notre façon au rayonnement de la jeunesse. »

Christine Lacaze

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires