Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les élus devront-ils se baigner dans la rivière la plus polluée de leur ville?

Chine / / Asie

Le maire de Wenzhou souhaite que le responsable du bureau de l’environnement se baigne dans une des rivières les plus polluées de sa ville. Les internautes ont soumis une liste des autres cours d’eau dans lesquels les édiles pourraient prendre un bain, histoire de constater…

Une baignade dans les eaux polluées chinoises ? © eutrophication&hypoxia

Un ras le bol

En 1988, Jacques Chirac avait promis qu’il serait le premier à se baigner dans la Seine après son mandat de maire. Il ne l’a certes pas fait, mais il avait eu l’honnêteté d’engager sa propre personne. Le premier secrétaire de la ville de Wenzhou, grande cité industrielle du Zhejiang, a lui appelé deux de ses subordonnés à se baigner dans la rivière de la ville.

« Le niveau de pollution des rivières, je ne veux plus qu’on me le communique par des rapports, mais par une photo du responsable du bureau de l’environnement et du chef de la société publique de eaux qui s’y baignent. »

Chen Derong est excédé par des années de pollution du Wenruitanghe, la ‘rivière mère’ de la région de Wenhzou. Avant les réformes économiques chinoises des années 1980, elle était ouverte à la baignade et alimentait environ un million de personnes en eau potable. Elle servait aussi de canal pour les petites embarcations.

La baignades des élites

Depuis les années 2000, le Wenruitanghe est recouvert d’une épaisse couche de crasse noire, sur laquelle émergent de temps en temps des plastiques et toutes sortes d’objets imaginables. Si les bonnes intentions abondent pour nettoyer le cours d’eau, la situation ne fait qu’empirer.

La déclaration du « numéro un » de la ville  a été très bien accueillie par le public. Mais avec une pointe d’ironie tout de même. Les internautes ont soumis une liste de 8 autres rivières de la région qui pourraient faire l’objet d’une baignade des élites, « pour voir ». Ils constateraient probablement que la plupart des cours d’eau de la province sont simplement devenus de gigantesques égouts…

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires