Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Des avancées pour responsabiliser la finance

Chine / / Asie

En février 2012, la commission bancaire chinoise a publié un « guide du crédit durable ». Depuis, les pratiques ne changent malheureusement pas. Lors d’un forum co-organisé par la SFI, les autorités se sont engagées à exiger plus des richissimes banques chinoises.

Les banques chinoises doivent revoir leur copie concernant la finance durable. ©runran

Le « guide du crédit durable » publié en février 2012 va dans le bon sens mais il manque de précision. Premièrement, la commission a « oublié » de donner un cadre détaillé pour l’évaluation des projets à financer en terme de bilan environnemental. Cette imprécision laisse à chaque banque la liberté d’en faire une interprétation subjective qui ouvre la porte à de gigantesques opérations de greenwashing. Deuxièmement, cette publication est un guide qui manque d’un caractère obligatoire.

Près de 3 mois après la publication de ce document, les ONG et même certaines institutions financières y voient donc une opération manquée. Wang Zhaodi, vice président de la commission de régulation du Shandong, regrette ainsi:

« Le guide du crédit durable a créé beaucoup d’attentes dans la profession et la société. Mais la compréhension de ce qu’est ce type de crédits est différente pour chaque acteur, chacun en fait ce qu’il veut ».

Le forum international du crédit durable qui s’est tenu à Pékin les 16 et 17 mai 2012 a donc été l’occasion pour la commission bancaire de faire un point sur la situation. Cet événement est co-organisé par la société financière internationale (SFI) et la commission de régulation bancaire chinoise. Les organisateurs le présentent comme une nouvelle plateforme d’échange pour les pays en voie de développement dans les domaines de la finance durable et de la croissance verte. Le vice président de la commission de régulation chinoise Wang Zhaoxing est donc revenu sur les critiques portées au « guide du crédit durable ».

« Nous allons étudier la mise en place, par les banques sous notre supervision, de ces lignes directrices. A l’avenir, elles auront un caractère obligatoire. La promotion des cadres dirigeants, l’accès aux entreprises publiques et aux organismes administratifs seront conditionnés à la mise en place de solides pratiques de développement durable ».

Ces déclarations ont réjouit les commentateurs. Reste à avoir un planning objectif de réalisation de ces bonnes volontés…

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires