Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

400 ans d’eau douce assurés, avec un usage durable

Namibie / / Afrique

La Namibie, célèbre pour son aridité, ses déserts et ses dunes géantes, se réjouit d’une découverte récente d’eau douce.          

Cette eau serait une ressource durable pendant 400 ans. © Rui Ornelas

Une énorme nappe phréatique dans le nord de la Namibie

Cette découverte est le fruit d’un projet conjoint démarré en 2007 entre le ministère de l’Agriculture, de l’Eau et de la Foresterie, la compagnie NamWater et l’Institut fédéral allemand pour les Géosciences et les ressources naturelles. Ils ont exploré une zone de 70 kilomètres par 40.

L’impact de cette trouvaille est énorme, selon le manager du projet et hydrologiste Martin Quigner. Cette eau constituerait une ressource fiable et durable pour environ 40 % de la population pendant 400 ans. Il affirme:

« Avec autant d’eau, vous pouvez imaginer un projet d’irrigation à grande échelle. Cela enlèvera la pression sur les zones industrielles. Cela sera un changement gigantesque ».

L’aquifère se trouve entre Eenhana et Okongo, et part de l’Okankolo dans le sud de l’Angola, où elle récolte des pluies pendant la saison humide. Quigner pense que cette aquifère existe depuis 10 000 ans. Elle se trouve à environ 280 à 350 mètres sous la surface.

Une eau de très bonne qualité qu’il faut protéger

Il ajoute que la qualité de l’eau est excellente. Il y a du fluor concentré dans les eaux profondes. Il s’enthousiasme:

« L’eau ancienne peut-être très fraîche et très propre. Celle-ci a été filtrée naturellement par les roches avant même que le monde ne soit  pollué. Plus on creusait, plus on trouvait d’eau ».

Il est facile d’extraire l’eau d’une manière économique car elle n’est pas loin sous terre. Elle se situe à des profondeurs entre 280 mètres à 15 mètres. Cela réduit considérablement les coûts de pompage. Mais il faut faire attention d’éviter que l’aquifère ne soit mélangée avec une nappe salée en cas de forage maladroit. La compagnie NamWater a pour objectif de forer d’une manière durable. Mais pour Quigner, il faut aussi que la nappe soit déclarée zone protégée. Cela la protègera d’un forage sauvage qui la mettrait en danger.

Pendant ce temps, le ministre de l’Agriculture, de l’Eau et de la Foresterie a annoncé qu’il allait organiser une conférence d’investissement sur l’eau en septembre 2012 afin de rassembler tous les acteurs du secteur, y compris le secteur privé. Les financiers et les manufacturiers en équipement seront là aussi. Pour le ministre, il faut promouvoir des opportunités d’investissement privé dans le secteur.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Anonyme

    « promouvoir des opportunités d’investissement privé dans le secteur » … incroyable… adieu les projets humanitaires à destination des populations locales, bonjour les bonne vieilles multinationales tjs plus avides d’argent… depuis le temps qu’on en parle, la guerre de l’eau va bien arrivée, et se seront les pouvoirs publics qui l’auront permise.