Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Historique ! La proposition d’interdiction du chalutage profond adoptée par la Commission européenne

/ Europe

La Commission européenne a annoncé le 19 Juillet dernier l’adoption d’une proposition de règlement définissant pour les dix prochaines années les règles de gestion des pêches menées en eaux profondes.

Un pas de géant pour la protection des océans profonds

Le texte propose une mesure historique : la fin d’ici deux ans du chalutage profond ainsi que l’interdiction de la pêche aux filets maillants de fond. Cette mesure concernerait tous les navires européens ainsi que les navires étrangers désirant pêcher dans les eaux européennes.

L’adoption de ce texte marque une avancée décisive dans la protection des océans profonds.  La Commission européenne a fait preuve de vision et de courage en décidant de mettre fin à une aberration écologique et économique. Je salue le ralliement du Commissaire Michel Barnier à cette proposition de règlement, aussi ambitieuse pour la santé de l’environnement marin que pour celle des finances publiques, négativement impactées par des méthodes de pêche gourmandes en gasoil et en subventions.

La pêche au chalut de fond est apparue au XIVème siècle mais son extension aux grandes profondeurs océaniques n’est survenue qu’à la fin des années 1970, sous l’effet d’une surexploitation en série des ressources halieutiques trouvées en surface. Décrite par les  scientifiques  comme la méthode de pêche la plus destructrice de l’histoire, le chalutage profond a un impact potentiellement irréversible sur les écosystèmes et les espèces vulnérables qui peuplent les grands fonds marins.

Le règlement adopté sans modification

Le règlement, fortement combattu par le ministre français de la Pêche Frédéric Cuvillier, a finalement été adopté sans modifications. Le texte doit maintenant  être débattu aux Conseil et Parlement européens en vue d’une adoption définitive.

C’est rassurant de voir que les Commissaires et notamment Mme Maria Damanaki ne se sont pas laissés influencer par les demandes du ministre Cuvillier de prise en compte des intérêts français, sachant qu’il ne s’agit que d’une dizaine de navires et de trois groupes industriels, dont le principal acteur, Intermarché, n’est pas forcément le mieux placé pour profiter des appuis de l’Etat et des largesses publiques en ces temps de crise économique.

La demande du ministre français portait notamment sur l’interdiction du chalutage profond qu’il ne jugeait pas « acceptable » dans un communiqué en date du 16 juillet, étalant ainsi au grand jour ses positions favorables à la pêche industrielle contre l’intérêt général des Français et des océans profonds. Le plus surprenant est que les positions de M. Cuvillier sont radicalement opposées à celles défendues par la délégation française dirigée par François Hollande lors du sommet de Rio+20. En effet, la France s’y est démarquée par sa détermination à protéger la biodiversité des eaux internationales, alors que celle-ci est principalement menacée par le chalutage profond.

La proposition de la Commission est en ligne :

http://ec.europa.eu

Pour en savoir plus sur la pêche profonde :

http://www.bloomassociation.org

Claire Nouvian

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires