Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Nouvelles technologies pour traquer la déforestation

/ Amérique du sud

L’accès aux images satellites a fait ses preuves en Amazonie dans la lutte contre la destruction des forêts. Après avoir équipé les ONG et les tribus autochtones du Brésil de terminaux Android, Google veut étendre l’accès à ces technologies au reste du continent.

Les satellites ont aidé à traquer la déforestation en Amazonie. © CIAT

Des outils à la portée de tous

Grâce à la plateforme Earth Engine, un outil d’analyse scientifique basé sur le célèbre logiciel d’images satellite de Google, l’ONG brésilienne Imazon a pu diviser par deux le temps nécessaire pour émettre une alerte en cas de déforestation ou de dégradation.

Des centaines de smartphones Android ont été distribués à des activistes et à des tribus autochtones, afin de les aider à surveiller l’avancée des champs de soja, des chercheurs d’or, des bûcherons clandestins et des autres menaces pesant sur la jungle.

Google aide également les tribus indiennes à évaluer les quantités de CO2 stockées dans leurs forêts, afin qu’elles s’engagent à les préserver et puissent vendre des crédits carbone aux entreprises désirant compenser leurs émissions.

Carlos Souza, responsable d’Imazon, souhaite que l’ensemble de la forêt amazonienne puisse bénéficier des ces avancées:

« Désormais, l’objectif est de transférer à d’autres pays la technologie et l’expérience développées avec Google au Brésil. »

Plus grande forêt au monde, l’Amazonie couvre 5,5 millions d’hectares, dont 40 % se trouvent en Bolivie, en Colombie, en Équateur, en Guyane, au Pérou, au Surinam et au Venezuela.

La déforestation s’accélère dans les petits pays amazoniens

Dans ces régions, la déforestation est souvent moins médiatisée qu’au Brésil, mais ses conséquences sont tout aussi graves. Selon le site écologiste Mongabay.com, les satellites de la NASA auraient capté en juin dernier des images montrant une accélération inquiétante du déboisement en Colombie et en Équateur.

La situation a conduit une dizaine d’ONG de ces pays à lancer un programme de formation pour familiariser leurs experts avec les nouveaux outils mis au point par Google et Imazon.

Rebecca Moore, responsable de Google Earth Outreach, explique que ce système accélère l’accès à l’information et contribue à faire appliquer les lois:

« Tout est automatisé et hébergé dans le cloud de Google. Il suffit d’ouvrir son navigateur internet pour avoir accès à toutes les données de Bolivie, de Colombie, d’Équateur, du Pérou, et du Venezuela. »

Earth Engine permet de comparer des images de différentes époques, sur des périodes couvrant jusqu’à 40 ans.

Prévue avant la fin de l’année, l’exportation du système de surveillance vers le reste de l’Amazonie offrira un puissant outil à plusieurs petits pays, qui ne disposent à l’heure actuelle que de moyens restreints pour lutter contre la déforestation.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires