Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Ailerons de requins: la polémique enfle

Chine / / Asie

Les mâchoires se resserrent sur ceux qui vivent du commerce de l’aileron de requin. La Chine travaille à progressivement enrayer la consommation de ce mets traditionnel. Les industriels tentent une dernière sortie, mais se heurtent à des réactions très hostiles…

Après Hong-Kong, Taiwan, Singapour et la Malaisie, le gouvernement chinois semble enfin décidé à agir pour limiter la consommation de l’aileron de requins. Le mois dernier, l’administration centrale a publié un document indiquant que la soupe à l’aileron serait progressivement retirée des repas officiels. Sous la pression des défenseurs de la nature, les hôtels et la distribution retirent progressivement le mets de leurs étals.

Dans ce contexte difficile pour eux, les acteurs de la filière ont tenté mi août une sortie osée. L’association chinoise des producteurs de produits aquatiques a organisé une grande conférence intitulée ‘consommation durable des requins’. « Ne pas consommer d’aileron de requins, c’est un gaspillage lamentable »… « Les étrangers ne comprennent rien à la bonne cuisine, c’est pour ça qu’ils veulent nous empêcher de consommer ce mets traditionnel ». « Aucune espèce de requin n’est menacée de disparition ». Voilà le genre de commentaires qui ont été entendus à de multiples reprises, et qui font maintenant l’objet d’une guerre des mots sur les forums internet.

Selon les représentants de l’industrie des produits aquatiques, la pêche des requins dans les eaux territoriales chinoises est responsable et durable. Les ailerons seraient prélevés sur des animaux dont la chair est consommée. Ne pas manger les ailerons reviendrait à gaspiller cette ressource. Selon eux, il n’y a pas de ‘Shark Finning’ dans les eaux chinoises (cette pratique consiste à prélever un aileron de requin et à rejeter l’animal par-dessus bord, pour pouvoir rapporter à terre plus d’ailerons sans se charger inutilement du corps du requin dont la valeur est bien inférieure).

Les ONG environnementales crient au scandale. Ils rappellent les chiffres de la revue ‘science’ : pendant les 20 dernières années, la population de requins marteaux a diminué de 89%, celle de requins blancs de 79% et celle de requins tigres de 65%. Chaque heure, 11 000 requins seraient tués pour leurs ailerons. Basuo Fengyun, un influent environnementaliste basé à Canton, a réagi devant les médias par la dérision. « Pas étonnant que ceux qui vivent grassement de ce commerce peu glorieux défendent leurs pratiques abominables. Mais personne n’est dupe. Près de 110 espèces de requins sont en voie de disparition ».

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires