Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Communiquer sur le climat : choisir les bons outils

France / / Europe

Comment inciter efficacement à l’adoption de comportements sobres en carbone ? comment valoriser les efforts de son organisation en matière de réduction des émissions de CO2 ? une formation, un outil de sensibilisation et une bande-dessinée apportent des réponses concrètes.

Malgré la médiatisation croissante dont il fait l’objet depuis 2005, le réchauffement climatique préoccupe de moins en moins les Français. Nous savons que la planète se réchauffe… mais nous n’agissons pas dans un sens qui permettrait d’atténuer la tendance. Ce constat interpelle celles et ceux amenés à communiquer et sensibiliser sur le sujet.

S’interroger sur la manière de sensibiliser aux gestes sobres en carbone n’est pas vain

Près de la moitié[1] des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) découle de décisions prises dans la sphère familiale – transport, chauffage, choix alimentaires. Or, un constat s’impose : malgré une communication médiatique, privée et publique qui n’a cessé de croître ces dernières années, la préoccupation des Français à l’égard du réchauffement climatique… décline ! Si leur sensibilité à l’environnement s’accroit régulièrement depuis 10 ans, le changement climatique vient désormais derrière la lutte contre la pollution de l’eau, de l’air et les risques nucléaires, alors que c’était la préoccupation dominante des années précédentes (voir ci-contre).

Pourtant, le réchauffement climatique fait parler de lui.

Depuis l’ouragan Katrina de 2005, il occupe régulièrement la Une des médias : film d’Al Gore, rapport de l’économiste Stern en 2006 sur les coûts de la lutte contre le réchauffement climatique ou de l’inaction, rapport du Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de 2007, sommet de Copenhague, déplacement de réfugiés climatiques, sommet de Rio+20… Les campagnes de sensibilisation menées par les institutions et ONG internationales, l’Ademe (campagne « Faisons-vite, ça chauffe ! ») et localement, par les collectivités engagées dans des Plans Climat Energie et/ou Agendas 21… achèvent d’en faire un thème « visible ». Quant aux entreprises, « la réduction de l’empreinte carbone des produits ou services dont l’usage est particulièrement émetteur de GES fait souvent l’objet d’une communication abondante »[2] ! Bref, on ne s’est jamais aussi peu préoccupé du climat depuis… qu’on en parle tant !

Qu’en déduire ? Quels retours d’expérience en retirer ? Peut-on inverser la tendance  et comment ?

C’est précisément pour répondre à ces question que l’Institut de Formation Carbone, l’organisme de référence en France sur les formations carbone, vient de concevoir une formation « Communiquer efficacement sur le climat ». Animée par un consultant en communication accompagnant des collectivités dans l’élaboration des plans de communication relatifs à leurs Plans Climat, cette formation est la seule en France sur le sujet. D’une durée de 3 jours, elle a pour vocation d’aider les communicants et chargés de mission DD ou Climat à identifier les freins spécifiques à l’adoption de comportements sobres en carbone, pour en déduire les stratégies et outils de communication les plus adaptés. Prochaine session : les 14, 15 et 16 novembre à Paris. Programme pédagogique et inscriptions : http://www.if-carbone.com/ifc—formation-comclim.html

Un outil de sensibilisation pensé pour adopter des gestes à basse émission carbone

Dans un autre registre, signalons la sortie d’un outil de sensibilisation pensé pour aider et motiver ses utilisateurs à adopter des gestes peu émissifs en carbone : l’Agenda pour le Climat. Conçu par ComOnLight, agence de communication responsable, il part du constat que si tout le monde sait que la planète se réchauffe, et qu’à ce titre il est préférable prendre les transports en  commun ou utiliser des ampoules basse consommation si l’on y est sensible, la plupart d’entre nous manquons d’une échelle de grandeur nous aidant à différencier les actions véritablement efficaces de celles plus symboliques, en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Vaut-il mieux isoler son logement, manger bio, rouler en hybride, prendre le TER, faire son compost… ? En identifiant chaque semaine un conseil pratique quantifié en kgéqCO2 évités, l’Agenda pour le Climat permet à son utilisateur d’agir en connaissance de cause. Il est éco-conçu et une partie des bénéfices générés par ses ventes sont reversés au projet www.leclimatentrenosmains.org. Devis et commandes : info@comonlight.com.

Une B.D. pour simplifier le tout

Enfin, pour celles et ceux qui douteraient qu’on puisse rendre simples et passionnants les enjeux climatiques sans les simplifier, je conseille la bande-dessinée de Philippe Squarzoni (Saison Brune, éd. Delcourt, 2012). 477 pages (!) qui interpellent autant par le trait que par le talent didactique de leur auteur qui, au-delà de la réflexion artistique qui l’anime, réalise certainement l’œuvre de vulgarisation la plus réussie sur le sujet, tant elle est agréable à lire et ne sacrifie rien à la précision.

La communication autour du Climat ayant souvent des visées politiques, ces trois initiatives, qui se veulent avant tout pragmatiques, factuelles et opérationnelles, semblent bienvenues.

Thomas Piettre Leclair

Informations complémentaires

[1] Voire plus si l’on prend en compte les émissions de CO2 liées à la consommation finale de produits importés et non simplement les « émissions domestiques » (voir J.M. Jancovici, Changer le monde, tout un programme, 2011, p. 124-125).

[2] 2ème volet de l’étude Que font les entreprise face aux défis du changement climatique ppar Vigeo et le WWF en juin 2012.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires