Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

L’Arctique est à l’abri des forages pétroliers… pour l’instant

USA / / Amérique du nord

L’entreprise Shell abandonne son projet de forage en Arctique pour l’instant. Une brève victoire pour les écologistes même si le combat n’est pas fini. Rencontre avec Dan Ritzman, représentant de la campagne senior pour le Sierra Club et guide en milieu sauvage de l’Arctique.

Abandon de forage pour Shell

Dan Ritzman a pris  connaissance cette semaine que la société Shell ne réaliserait pas de forages dans l’Arctique de Beaufort et la mer de Chukchi cette année. Voilà une bonne raison d’être heureux ! Mais il sait aussi que la victoire n’est pas encore gagnée. « Je ne suis pas seulement contre les forages pour des questions de sécurité – Il ne devrait tout simplement pas y en avoir » , a-t-il déclaré.  « Pour moi, l’Arctique est tout simplement trop spécial. »

Un forage dangereux pour l’écosystème

Connu sous le nom des « mers des ours polaires », les mers de Beaufort et de Chukchi sont l’habitat de toute la population américaine d’ours polaires et une voie de migration importante pour les baleines boréales et les bélugas. « Je suis très chanceux d’avoir connu cet endroit en tout premier. Je ressens un lien particulier avec son incroyable faune et j’ai un immense respect pour ses habitants et leur culture. Ils nomment l’Arctique : leur maison et l’océan Arctique : leur jardin. »

La région abrite également quelques-unes des conditions les plus extrêmes et dangereuses de la planète, ce qui rend la réalisation de forages encore plus risquée. Dan Ritzman sait, tout comme les Autochtones de l’Alaska et de nombreux Américains, que le pétrole de l’Arctique ne sera jamais sans risque. Aucune technologie n’existe pour forer en toute sureté et cela peu importe les arguments qu’avancent  Big Oil.

L’appât de l’or noir, trop puissant?

« Il y a plus de 10 ans, j’ai été invité par l’industrie pour assister à un déversement de pétrole en Arctique  soi-disant sans dégât. Ils ont échoué lamentablement et il est clair qu’ils ne sont pas mieux lotis aujourd’hui » , a déclaré D. Ritzman. Mère Nature a également démontré son pouvoir à Shell. Tout d’abord par un retard du forage causé par la persistance de la formation de glace sur la mer, et puis plus tard, lorsque le forage a dû s’arrêter plusieurs heures à cause d’un iceberg flottant à proximité.

 Cela nous rappelle que Mère Nature a toujours le dernier mot dans le Nord.

La décision de Shell donne un nouvel élan aux écologistes. Rassemblant leurs efforts, ils comptent bien se faire entendre auprès de l’administration américaine  pour empêcher Big Oil de réaliser des foragesr dans la région de l’Arctique.

Est-il vraiment nécessaire d’aller sacrifier cet espace naturel unique et son environnement pour des forages pétroliers ? Ne vaudrait-il pas mieux  se concentrer sur le développement de nouvelles technologies pour rendre nos voitures plus propres et plus efficaces afin d’élargir nos choix de transport pour dépasser nos besoins en pétrole ? Il est temps d’investir dans l’innovation d’ énergies propres au lieu de rester dépendant de cet or noir et de ruiner l’un des endroits les plus beaux et les plus étonnants de la planète.

Dan Ritzman conclut :

« Les Américains souhaitent voir les mers des ours blancs protégées pour les générations futures ».

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires