Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les végétaliens et carnivores peuvent-il s’entendre ? Moby pense que oui.

USA / / Amérique du nord

Existe-t-il une guerre froide entre végétalien et carnivore ? Le musicien Moby, végétalien strict, examine cette question.

L’évolution des mœurs

« Je suis végétalien depuis 24 ans » explique le musicien Moby. « Avec deux écarts. J’ai mangé un yaourt en 1992, et je dois avouer que c’était vraiment délicieux. Pour le second écart, j’étais dans le restaurant d’un ami à Portland, dans l’Oregon, il y a quelques années, et il m’avait préparé des sushis végé. Accidentellement ceux qui m’ont été servis étaient au crabe. J’ai pris une bouchée de sushi au  moment même où mon ami courait à travers le restaurant en hurlant « Non! Il contient du crabe! » »

Vous pourriez penser que des végétaliens stricts, comme Moby, sont hyper-orthodoxes sur leur régime. La plupart d’entre eux refusant d’ingérer quoique ce soit de provenance animale. Ni viande, ni œufs, ni produits laitiers, ni même parfois, de miel. Vous pensez peut-être également que les végétaliens ont tendance à être pieux, sans humour et un penchant pour une vie selon le modèle de l’ordre des Chartreux. Tel a été le stéréotype, durant une décennie ou deux. Et Moby lui-même ne conteste pas le fait qu’une sorte de guerre froide culinaire coexistait entre les végétaliens et les carnivores.

La glace fond doucement en Californie

« Si l’on remonte 25 ans en arrière, il y avait beaucoup plus d’intolérance dans le monde végétalien » témoigne Moby. « Il y avait une approche plus tranchée du nous-et-eux. Aujourd’hui, elle semble être tombée dans l’oubli, tant du point de vue des végétaliens que du point de vue des non-végétaliens. Les végétaliens sont parfaitement heureux et traînent avec des gens qui ne sont pas d’accords avec leur croyance à 100%. Et un ou deux soirs par semaine, certains carnivores semblent assez heureux d’aller dans un restaurant végétarien. »

Vous ne pouvez pas empêcher ce qui se passe dans la région de Los Angeles, où Moby a vécu pendant les deux dernières années. Celle-ci s’est transformée en utopie végétalienne, et il n’est plus inhabituel de croiser un fanatique de viande déjeuner avec un crudivore.

Moby considère cela comme une évolution, un adoucissement, du fervent activiste qui a alimenté une partie du mouvement végétalien à ses débuts.

« A 18 ans, être végétalien signifiait jeter du faux sang sur les personnes portant de la fourrure », témoigne-t-il. « A 40 ans, c’est ouvrir un restaurant végétalien vraiment sympa avec de la bonne nourriture, être tolérant et accueillant, et ne pas juger les autres, même s’ils sont en désaccord avec vous. »

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Jowel

    +1 florent, mais étant moi-même vegan je conseille de faire tous les ans/ deux ans des prises de sang pour regarder les niveaux de vitamines et de prendre de la methylcobalamine et non de la cyanocobalamine, la dernière étant bien moins assimilée par le corps.