Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Alimentation et changement climatique: un nouvel avertissement

USA / / Amérique du nord

L’un des enjeux majeurs concernant les changements climatiques est la production alimentaire. Des chercheurs irlandais se sont intéressés à l’effet du réchauffement climatique sur la riziculture.

Changement climatique et production alimentaire

L’augmentation du niveau de dioxyde de carbone dans l’air renforce de manière significative la croissance des plantes, ce qui pourrait donc, accroître les rendements. Cependant, la hausse des températures et, dans certains endroits, les phénomènes météorologiques extrêmes tels que la sécheresse ou les fortes pluies menacent a contrario de réduire ces mêmes rendements.

Les sceptiques du changement climatique aiment citer ce potentiel bienfait de la hausse de dioxyde de carbone tout en ignorant les risques. En effet, les premières recherches, effectuées uniquement dans des conditions artificielles, confirment que les gains l’emporteraient sur les pertes. Cependant un nombre croissant de recherches menées sur le terrain, et dans des conditions plus réalistes, infirment ces résultats.

Le chercheur irlandais Jan Kees van Groenigen, du Trinity College de Dublin, et ses collègues ont rassemblé les résultats de 63 études afin de déterminer ce qu’il adviendrait de la culture du riz avec le réchauffement de la planète.

Moins de riz d’ici la fin du siècle

Leur article vient d’être publié dans la revue Nature Climate Change. Ils ont découvert que si la culture et les variétés de riz restaient les mêmes, la hausse du niveau de dioxyde de carbone ne serait pas entièrement compensée par les augmentations de température – qui, de surcroît, contribuerait à une augmentation des rejets de méthane, un gaz à effet de serre, à partir des rizières.

L’étude a révélé que les rendements de riz devraient alors chuter d’un tiers d’ici la fin du siècle, alors que les émissions de méthane provenant de la culture du riz augmenteraient de 58%. Additionnez ces facteurs et, pour un niveau donné de production, les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production de riz devraient globalement plus que doubler.

« Nos résultats montrent que la riziculture devient moins respectueuse du climat à mesure que notre atmosphère continue d’évoluer », a déclaré le Dr van Groenigen dans un communiqué. « Ce qui est très important puisque les rizières sont l’une des plus importantes sources de méthane produit par l’homme et le riz est la seconde céréale de base la plus produite dans le monde. »

L’étude a souligné, toutefois, que ces résultats ne sont pas inéluctables, si des efforts suffisants sont mis en place. L’étude insiste sur l’importance d’adapter les pratiques des agriculteurs afin qu’elles n’émettent que de faibles émissions de méthane et  de trouver de nouvelles variétés de riz capables de résister à la hausse des températures.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. 00ced

    Étude parfaitement inutile qui réussit la prouesse de démontrer que si l’agriculture ne s’adapte pas au milieu, alors la production en pâtit. Bon, pour rassurer tout le monde, la planète ne se réchauffe plus depuis 1997 (selon les observations, pas selon les modèles), il est donc parfaitement inutile de s’adapter au réchauffement du climat.