Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Des spoliations de terres pas si diaboliques que ça

/ Afrique

Les spoliations des terres africaines ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années. Mais un rapport de la FAO va à contre-sens.

Des faits exagérés ?  

L’image générale est celle d’entreprises multinationales cruelles qui exploitent les pays en développement, au détriment de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance des petits fermiers.

Pascal Liu, un des rédacteurs d’un nouveau rapport pour la FAO, met un bémol à ces affirmations :

“Oui, ces deals existent, mais dans la plupart des pays, ce sont des citoyens qui achètent des terres, pas des étrangers”.
Les pays africains ont très peu de données sur les investissements qu’ils reçoivent. Certaines années, ils n’en ont pas du tout. Il faut donc remettre en question les chiffres qu’avancent les médias. De plus, l’opacité voulue autour des accords ne laisse que peu d’information au public.

En collaboration avec plusieurs ONG, la FAO a examiné six pays à la loupe : Ghana, Mali, Sénégal, Ouganda, Tanzanie et Zambie. La FAO a aussi étudié les travaux de Land Matrix, un partenariat entre organisations européennes comme le CDE, le CIRAD, GIGA, GIZ et ILC.

Des résultats positifs pour les investissements directs à l’étranger (IDE) dans l’agriculture 

Les investisseurs n’aiment pas les pays en conflit, qui sont trop risqués, mais ils choisissent quand même à 66 % des pays où il y a une haute prévalence de sous- nutrition.

Les pays-hôtes peuvent avoir recours à des directives internationales s’ils craignent de se faire exploiter. Ainsi, Liu cite le cas du Sierra Leone qui ne voulait pas compromettre sa sécurité alimentaire ou ses fermiers quand il a été contacté au sujet de biocarburants étrangers. Il a demandé conseil à la FAO.

Des joint-ventures entre investisseurs étrangers et coopératives de fermiers locales peuvent être bénéfiques, surtout si les fermiers peuvent vendre leurs produits à bon prix et réinvestir les profits dans leurs propres fermes.
Au niveau national, les retombées étaient bonnes. Exemple : la production d’huile de palme du Ghana entier a fortement augmenté. En Ouganda, l’introduction d’une nouvelle variété de riz par des investisseurs privés a permis de doubler la production en 8 ans.

Restent des impacts négatifs

Dans certains cas, les emplois créés ne l’étaient que temporairement. Avec la mécanisation ou le changement de culture, la main d’œuvre est réduite. Les petits fermiers vont être déplacés, les éleveurs perdre des pâturages.

Et puis, le transfert de technologie reste bien inférieur aux promesses des investisseurs. Finalement, l’impact des IDE sur les moyens de subsistance locaux dépend des produits choisis et du système de production. Par exemple, le café, les fruits et les légumes impliquent plus d’Africains que de l’agriculture commerciale avec un faible besoin de main d’œuvre.

9 milliards d’humains à nourrir en 2050

La situation va encore évoluer. Même si les IDE ont augmenté, moins de 5 % sont destinés à l’agriculture africaine. Or, avec des prévisions de population à 9 milliards d’individus, les fermiers des pays en développement sont la clé. Ils pourront répondre à une demande grandissante si on les aide avec des investissements.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Chantal

    Je ne suis pas d’accord avec ce qui est dit, étant donné que je suis en relation avec un Docteur en Economie, qui travaille avec l’Afrique et au plus près, c’est-à-dire avec les africains. Il est d’ailleurs en RDC actuellement, où il essaie de créer une banque solidaire. Tout comme il travaille pour l’indépendance alimentaire.

    Lorsque je lis “nouvelle variété de riz”, je suppose qu’il s’agit d’OGM ! L’Afrique est très bien placée pour faire des expérimentations (comme pour les médicaments et les vaccins !)
    Lorsque je lis “huile de palme”, je me dis “bravo, on fait tout pour ne pas en consommer puisque c’est mauvais pour la santé et que c’est une aberration au niveau écologique !”

    Carte fournie par Mr Frank Biancheri du LEAP2020 :
    http://i.imgur.com/DPHhE.gif

    Alors, pas de spoliations ??