Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Merci la science pour ce délicieux repas de Thanksgiving modifié

USA / / Amérique du nord

Votre maïs est plus sucré et votre dinde est beaucoup, beaucoup plus grosse que les aliments déposés sur la table de vos grands-parents au souper de Thanksgiving ? Que s’est-il passé ?

Des aliments qui évoluent… grâce à qui ?

Presque tout dans notre assiette a subi d’énormes changements génétiques sous les pressions intenses de l’agriculture industrielle. En fait, quasiment tous les aliments provenant des cultures et des élevages que les hommes consomment ont subi une modification conséquente de leurs ADN. Mais les attentes des hommes ont aussi changé.

« Les Américains mangent une livre de sucre tous les deux jours et demi. Par comparaison, la quantité moyenne de sucre consommée par un Anglais dans les années 1700 était d’environ une livre par année », a déclaré Kathleen Curtin historienne alimentaire du site Plimoth Plantation. « Si vous n’avez pas eu une barre sucrée dans la journée, vos papilles gustatives ne sont pas satisfaites, et votre pomme semble plus sucrée. »

Le traditionnel repas de Thanksgiving reflète les importants changements dont les aliments ont fait l’objet au cours des 50 dernières années. Presque toutes les cultures ont connu des transformations génétiques. Les entreprises de biotechnologie ont piraté leur ADN pour assurer une plus grande robustesse et des rendements plus élevés. Le porc, la dinde, la vache et le poulet se développent aujourd’hui à une rapidité sans précédent. Aujourd’hui, une dinde moderne atteint son poids adulte deux fois plus vite qu’autrefois.

Des changements à couper le souffle. Imaginez que vos enfants atteignent leur  pleine maturité physique à 10 ans.

Les prouesses scientifiques

De nos jours, la taille des dindes a plus que doublé  avec une moyenne de 13 à 29 livres sans aucun signe de ralentissement au cours des dernières années. Si la tendance se maintient, nous pourrons voir apparaitre des dindes pesant 40 livres en moyenne d’ici 2020. Selon la Fédération nationale de Wild Turkey, le plus grand dindon sauvage observé ferait 38 livres.

John Anderson, éleveur dans l’Ohio depuis 26 ans, a déclaré que l’avance technologique principale dans l’élevage est l’insémination artificielle. Cette dernière s’est répandue dans les années 1960, juste au moment où la taille de la dinde a commencé à monter en flèche. La raison est que les dindes de plus de 30 livres sont « inefficaces » pour les éleveurs car elles ne peuvent plus se reproduire naturellement. Avec l’insémination artificielle, les plus gros oiseaux peuvent encore être utilisés comme géniteurs, même s’ils ne peuvent plus vraiment marcher.

Certains chercheurs ont estimé que 90% des changements dans la taille des dindes sont d’origine génétique.

Mais il y a des conséquences à tout. Ces nouveaux dindons élevés industriellement ne peuvent pas voler et ne peuvent plus marcher. Ils ont aussi du mal à réguler leur consommation de nourriture. Ils mangent trop et prennent beaucoup de poids.

Le bon maïs

La dinde n’est pas la seule partie du repas emblématique de Thanksgiving que la science a transformé. Les améliorations génétiques du maïs l’ont rendu  six fois plus sucré que celui découvert en 1620.

En effet, le maïs sucré est le résultat d’une mutation qui remplace une partie du féculent du maïs par du sucre.

Bon appétit !

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires