Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

L’histoire de Sumanth, un malade du SIDA hors du commun

Inde / / Asie

Orphelin à 13 ans, diagnostiqué séropositif à 17, renvoyé de son école et abandonné par sa famille, Sumanth a été sauvé par une ONG qui aide les malades du SIDA. Il est désormais très impliqué pour changer le regard de la société sur le syndrome.

Le jeune Sumanth, 21 ans aujourd’hui, s’est expliqué à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA. « Les dernières 8 années de ma vie n’ont vraiment pas été faciles. Mais d’une certaine manière, je n’étais pas prêt à abandonner »… L’histoire du jeune homme, c’est celle d’un lutteur rempli d’optimisme qui n’abandonne jamais.

En 2004, ses parents décèdent. On l’informe juste que son père était atteint d’une maladie particulièrement sérieuse. Quatre ans plus tard, il est souvent fiévreux. Soigné plusieurs mois par le médecin de son village, il est envoyé dans un grand hôpital de Kochi, où il est diagnostiqué porteur du virus HIV. Il a été infecté par ses parents. Une injustice révoltante, mais, … le pire reste à venir.

Alors qu’il vit chez un de ses oncles, sa grand-mère explique ses absences répétées à l’école en toute simplicité : « on lui a trouvé une maladie qu’ils appellent SIDA.. » Si cette personne âgée pleine de bonne foi ne savait pas ce que cela voulait dire, les professeurs de l’école comprenaient le message : pour ne pas nuire à la réputation de l’établissement, Sumanth doit être exclus.

Une décision – due aux préjugés omniprésents sur la maladie – très rapidement mise à exécution, et qui va avoir des conséquences terribles pour le jeune homme. Alors qu’il est encore en classe de seconde, son renvoi du lycée exaspère sa famille qui le chasse du foyer. Son frère, qui a eu la chance de n’être pas contaminé par leurs parents, l’ignore et ne veut plus avoir affaire à lui…

Mais laissons la parole à Sumanth : « j’ai eu de la chance que les parents d’un de mes amis soient assez gentils pour me recevoir quelques jours. Après ça, j’ai pris le train pour Bangalore. En arrivant, j’ai vu des affiches pour une ONG qui s’occupe des malades du SIDA. Ils m’ont trouvé un travail, et ça m’a vraiment bien aidé grâce à l’indépendance financière que ça m’a procuré… »

Depuis, le jeune homme a racheté un petit business de fleuriste. En plus de cela, il conduit un auto rickshaw tous les après midis. Il s’implique d’autre part autant qu’il peut dans les organisations d’aide aux malades. « Maintenant, je peux faire quelques économies. Je me suis réconcilié avec mon frère, et les antirétroviraux fonctionnent bien ». Une histoire émouvante que la presse indienne a relatée lors de la journée mondiale de lutte contre le SIDA. Chapeaux bas à ce jeune homme plein d’énergie qui lutte pour que « les autres malades n’aient pas à affronter le regard que j’ai eu à supporter » …

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires