Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Nouvelle campagne de sensibilisation sur le VIH / sida

Canada / / Amérique du nord

Les mouvements d’entraide et de prévention du VIH/Sida de Montréal ont appelé à une nouvelle sensibilisation, samedi, lors du 24ème anniversaire de la Journée mondiale du sida.

Plus de 20 000 personnes atteintes du sida

Selon l’un des médecins spécialistes de la maladie, la ville de Montréal serait aux prises avec une épidémie de maladies sexuellement transmissibles.

Au Québec, sur les 20 000 personnes affectées par le VIH,  20% environ de cette population  ne saurait pas qu’elle a contracté la maladie.

Chaque année, uniquement à Montréal, 600 personnes contractent le VIH. Et celles qui ignorent qu’elles sont infectées continuent à avoir des relations sexuelles non protégées.

« Nous devons dépister ces 20%, qui ne sont pas suivis par les soins médicaux », a déclaré le chercheur Jean-Pierre Routy.

L’un des problèmes est, que dans les premiers stades de l’infection, les résultats des tests peuvent se révéler faussement négatifs.

Un sujet moins présents dans les médias et les écoles

Les experts affirment que ces dernières années, de nombreux jeunes ont cessé d’utiliser des préservatifs. Le Dr Réjean Thomas, Président et fondateur de la clinique L’Actuel à Montréal, déclare :

« Nous parlons moins du sida, parce qu’il est devenu moins mortel. Il n’y a pas d’éducation sexuelle dans les écoles. Tout cela, favorise l’épidémie de maladies sexuellement transmissibles. »

L’année dernière, près d’un tiers des nouveaux cas à Montréal concernait des personnes âgées de moins de 30 ans. Le Dr Thomas ajoute :

« Dire à un jeune homme ou une jeune femme de 20 ans, « Vous êtes séropositif », est toujours une très mauvaise nouvelle. Même s’il existe de bons traitements, cela reste une mauvaise nouvelle. »

De nouveaux médicaments pour empêcher l’infection

Une nouvelle recherche  internationale sur le VIH vient d’être lancée. Elle vise à la création d’un médicament que les individus pourraient prendre avant et après un rapport sexuel pour éviter la propagation de la maladie.

Des chercheurs de Montréal ont été recrutés pour faire partie de cette étude.

«L’idée est d’avoir suffisamment de médicaments dans le sang au moment où le virus tente d’infecter votre corps pour le combattre et empêcher l’infection » explique Jean-Michel Molina.

Soutenir la cause

Parallèlement, avec tous ces progrès dans la recherche, les collectes de fonds sont devenues plus difficiles.

Selon Carolyn Farha de la fondation « AIDS charity the Farha Foundation », cela viendrait du fait que pour beaucoup il ne s’agit plus d’un nouveau mal à combattre.

« Les gens pensent que vous n’aurez qu’à prendre quelques gélules et voilà, le sida n’est plus un gros problème ; ce qui n’est évidemment pas le cas. Les médicaments sont d’abord très chers, très toxiques et incommodants pour l’organisme, et vous devrez les prendre pour le restant de votre vie, car la maladie reste incurable. »

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires