Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Petite économie des ordures à Kosrae

Micronésie / / Océanie

Taxe à l’importation, paiement pour les ordures, recyclage et exportation des matériaux recyclables composent un petit système économique qui profite aux communautés du petit Etat micronésien de Kosrae. 

L’équivalent de vingt maisons pleines de déchets recyclé chaque année

Tous les mois, la société Micronesia Eco Corp fait le tour des communautés de Kosrae pour ramasser leurs ordures et les dédommager en échange. Le recyclage est financé par une taxe imposée par le gouvernement de l’Etat de Kosrae sur l’importation de cannettes de sodas, de récipients en plastiques, de bouteilles et de batteries de voiture.

Une fois collectées, les ordures sont acheminées vers le port où les plastiques et les cannettes sont compressées avant d’être exportés avec les batteries usagées vers la Corée, la Chine ou Hong Kong.

En 2011, 85 000 dollars ont ainsi été versés aux communautés de ce petit Etat de Micronésie. « L’argent versé aux familles pour la collecte des ordures crée une petite sous-économie à Kosrae », explique Maria Gazia Fanelli, directrice de Micronesia Eco Corp. « Une île plus propre améliore la qualité de la vie à Kosrae, nos océans, mangroves et terres sont préservés de milliers de mètres cubes d’ordures. » Selon Maria, les ordures collectées à Kosrae chaque année pourraient remplir vingt maisons.

Du ciment avec du verre recyclé

Le verre, lui, n’a pas trouvé preneur, pourtant Maria explique: « Le recyclage du verre a un impact important sur la conservation de notre environnement. Le verre est traditionnellement fait de sable de très haute qualité et est ainsi un produit de substitution idéal au sable s’il est recyclé correctement ». Le restaurant de Maria à Kosrae possède une allée de ciment composé d’agrégats de verre traversant la mangrove.

Un petit Etat qui a trouvé sa place dans l’atlas du développement durable

En 2010, le programme de recyclage de Kosrae s’est fait connaître grâce à sa nomination aux Energy Globe Awards, en étant sélectionné parmi 800 projets originaires d’une centaine de pays. « Ce projet contribue fortement au développement de l’île avec ses effets économiques, sociologiques et écologiques positifs », explique Maria.

Aujourd’hui, Maria intervient dans les écoles pour sensibiliser les générations futures aux bienfaits du recyclage. En outre, le recyclage et l’exportation des centaines de véhicules à l’abandon sur l’île est à l’étude.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires