Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le soutien financier à la filière solaire doublé

Chine / / Asie

Le gouvernement a alloué 7 milliards supplémentaires à l’industrie photovoltaïque nationale. En plus du relèvement des objectifs de capacité pour 2015, ce soutien montre l’importance accordée au secteur par la nouvelle administration de Pékin.

Encourager le marché intérieur

Cela porte les subventions à l’industrie accordés en 2012 à la somme astronomique de 13 milliards de yuans (environ 1,58 milliards d’euros). Ne sont pas comptabilisés les prêts à taux préférentiels des banques d’état qui reposent sur des décisions naturellement politiques. Le soutien inconditionnel de Pékin à son industrie photovoltaïque est à l’origine des enquêtes européenne et américaine qui ont débouché sur l’instauration de barrières douanières aux Etats-Unis, et devraient arriver au même résultat sur le vieux continent. On est donc entré dans un cercle vicieux : la diminution des exportations vers l’occident encourage le gouvernement à subventionner encore plus ses producteurs, qui vont pouvoir vendre encore moins cher à l’export malgré les nouvelles taxes.

Cependant, ce que cherche avant tout le pouvoir chinois, c’est à encourager le marché intérieur. Les nouvelles subventions dévoilées le 12 décembre sont en effet à mettre en parallèle des rumeurs sur l’augmentation de l’objectif de capacité solaire installée en 2015. En septembre, cet objectif avait déjà été relevé de 40% pour atteindre 21GW. Des rumeurs relayées par la presse annoncent un nouveau relèvement avant la fin de l’année. L’objectif de capacité installée à l’horizon 2015 passerait ainsi à 40GW.

Les cours de la bourse à la hausse

Ces bonnes nouvelles pour le secteur se reflètent dans le cours de bourse des principaux industriels. Le 12 décembre, date de l’annonce de ces nouvelles subventions, le cours de Trina Solar et de Yingli Green Energy ont bondi de 20%. Cependant, certains observateurs sont sceptiques. « Ce que Pékin est en train de faire, c’est de faire baisser les prix pour encourager le développement de projets. Le problème, c’est que vendre des panneaux solaires à marge presque nulle sur le marché local ne remplacera pas un marché export dynamique. Ce n’est pas comme ça que la santé du secteur sur le long terme sera restaurée » regrette Aaron Chew, analyste spécialiste des ENR.

Si les subventions ne résolvent pas tous les soucis des producteurs de panneaux solaires, elles auront sans doute au moins le mérite de faire démarrer les projets d’électricité solaire sur le sol chinois. Car rappelons que si la Chine est le plus grand producteur de panneaux solaires au monde, elle exportait en 2011 plus de 90% de sa production !