Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Marcher pendant 7 ans autour du monde

USA / / Amérique du nord

Le journaliste et voyageur américain, Paul Salopek, commence une marche de 7 ans autour du monde. Celle-ci commencera en Afrique et se terminera au Chili.

Le monde au bout des pieds

A la veille d’une longue marche qui commencera en Afrique, se poursuivra au Moyen-Orient, en Asie, en Alaska, passera par les États-Unis, l’Amérique centrale et se terminera au Chili, le journaliste américain un Paul Salopek est prêt.

Il a quitté le petit village éthiopien de Herto Bouri muni uniquement d’un téléphone satellite, d’un petit ordinateur portable et d’un équipement de camping. Il s’apprête à parcourir 34 000 kilomètres, traverser 30 frontières où il sera confronté à des dizaines de langues et groupes ethniques différents. Il prévoit d’écrire un long article par année et de publier des mises-à-jour de son épopée tous les 150 kilomètres, environ.

Son but ?

Il souhaite retracer les traces des premiers humains à avoir quitté l’Afrique.

L’homme de 50 ans est déjà lauréat de deux prix Pulitzer et est commandité par National Geographic, la Knight Foundation et le Pulitzer Center for Crisis Reporting.

Il sera enregistré comme l’une des marches les plus longues, car oui, il n’est pas le premier à avoir entrepris cette épopée.

Rory Stewart, devenu aujourd’hui parlementaire britannique, a traversé l’Iran, le Pakistan, le Népal, ainsi que l’Afghanistan à pied de Herat à Kaboul dont il a tiré un roman : « En Afghanistan ».

« Le meilleur, pour moi, est simplement l’accès et la rencontre avec les personnes et les communautés. Elle vous oblige à vous arrêter tous les 20 ou 25 miles. Elle vous oblige à passer la nuit dans les maisons du village » explique M. Stewart.

A la rencontre des cultures

M. Stewart recommande à M. Salopek de trouver de bonnes âmes où passer la nuit. Les longues journées de marche vous épuisent, vous affament et vous recroquevillent dans la solitude ; et M. Stewart confirme que les meilleures heures du voyage ne seront pas sous la lumière du jour, mais en soirée autour d’une table ou d’une cheminée.

Et c’est ce que Paul Salopek à l’intention de faire ! Il espère marcher avec les habitants des régions qu’il traversera, apprendre de nouvelles langues ou rencontrer des personnes qui parlent l’anglais le long du chemin.

Il envisage de poster des mises à jour occasionnellement sur Twitter. Le 2 janvier,  il postait justement une photo de sa maison au Texas avec la question suivante : dois-je prendre mes clés de maison avec moi ?

« Peut-être que je devrais garder le secret », a-t-il partagé, amusé, au cours de la dernière connexion téléphonique par satellite. « Disons simplement que je suis seul à savoir ce qui se trouve dans ma poche. »

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires