Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La tarification progressive, futur moteur de la transition énergétique ?

France / / Europe

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

  1. Tout à fait d’accord effectivement. Une précision importante. Pour plus de lisibilité, l’article présente des bonus/malus en valeurs relatives. Ces valeurs relatives sont calculés sur le prix moyen de l’électricité hors taxe en 2011 selon Eurostat. J’ai donc pris des hypothèses de calcul très conservatrices. En d’autres termes, le résultat est une progressivité finale probablement encore mois marquée…

    A noter toutefois que la dernière version du texte de loi a revu à la hausse cette progressivité. Le malus maximal a par exemple été doublé (même s’il ne sera appliqué qu’à partir de 2017…). Le résultat reste insuffisant mais l’évolution va dans le bon sens.

    Concernant la question de la définition en relatif/absolu, le problème reste entier.

  2. Outre le fait que les valeurs maximales des bonus-malus inscrites dans la loi soient trop faibles, elles ont surtout le défaut d’être inscrites en valeurs absolues (centimes d’euros/kWh) alors que des valeurs relatives (%) auraient été plus efficaces. Dans l’hypothèse, pas complètement infondée, d’une augmentation forte des prix de l’électricité, les valeurs des bonus-malus deviendraient insignifiantes donc sans incitation réelle. En revanche, si les bonus-malus étaient exprimés en valeurs relatives, la force des incitations perdureraient et permettraient de lever plus de fonds.

    D’autres erreurs techniques subsistent dans cette loi pourtant essentielle qui mérite plus de temps avant une formulation définitive.

    Plus de détails sur : http://tarification-progressive-de-lenergie.com/