Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une alimentation sans gluten, que vous en ayez besoin ou non

USA / / Amérique du nord

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

  1. Caroline

    Quel site internet ne vante pas les mérites de ce régime ? Il suffit de saisir « gluten » dans son moteur de recherche.

    Pour moi, il s’agit d’un effet de mode, un mode made USA, avec des produits bien plus chers, pour les occidentaux. Alors que dans certains pays, des enfants sont en carence alimentaire, ou pire, crèvent de faim !
    Je trouve cela honteux !

    Une de mes amies tient ce type de blog, et a même essayé de me faire croire que j’avais des problèmes intestinaux dus au gluten…….alors qu’elle ne sait même pas de quoi sont composés mes repas ! Petites pilules pour l’intestin et régime à l’appui.
    J’ai pris mes distances……

    J’ai eu connaissance, par Que Choisir Santé, d’une personne qui avait guéri de sa polyarthrite Rhumatoïde, grâce à de la gymnastique douce et en suivant une psychothérapie afin de faire face à ses fantômes familiaux.

  2. France

    Les blédines et biscuits premier-âge vendues en pharmacie sont depuis plusieurs décennies souvent proposées « sans gluten ».

    Il y a 30 ans, lorsque j’ai eu mon premier bébé, j’ai posé la question à mon pharmacien qui me vendait ces blédines : « pourquoi sans gluten ? » Il m’a passé une brochure où il était écrit que le gluten peut provoquer des désordres neurologiques sur certains nourrissons, pouvant laisser des séquelles et même provoquer la mort du nourrisson.
    10 ans plus tard, j’essayai un régime sans gluten et sans produits laitiers, sur moi et mes 3 enfants. Ce régime fit un bien fou à mon fils âgé de 8 ans qui souffrait d’insomnies, d’irritabilité, et d’une grande nervosité. Il permit à ma fille aînée de sortir de sa timidité, et aux trois enfants de faire des progrès spectaculaires sur leurs bulletins scolaires.
    Lors d’un essai de reprise de gluten (un plat de pâtes sans produits laitiers) , j’ai pu observer le retour aigu des crises d’insomnies, de dépression et d’agressivité chez mon fils.
    Je m’étonne donc de n’avoir vu nulle part dans l’article, les désordres nerveux, comportementaux ou neurologiques comme conséquences possibles du gluten.
    D’autre part, il me semble exagéré de devoir consulter un médecin avant d’essayer un régime sans gluten. Il y a des peuples entiers qui ne consomment pas de gluten, ceux dont l’alimentation de base est le riz, le millet ou le maïs, ou ceux qui vivent de manière primitive de cueillettes et de chasse. Et ces peuples ne souffrent pas plus de carences que l’occidental moyen, voire même moins. Peu de médecins sont au courant des dangers du gluten, et donc le risque est grand que votre généraliste vous décourage de faire cet essai.

    Quant aux études « inexistantes » sur l’intérêt de supprimer le gluten, il n’y a pas plus grand aveugle que celui qui ne veut pas voir. Les travaux du docteur Jean Seignalet (http://www.seignalet.fr/), démontrent un taux de guérison ou d’amélioration de l’ordre de 90% sur la polyarthrite Rhumatoïde, et sur de nombreuses autres maladies auto-immunes ou chroniques, sans aucun effet secondaire indésirable. Il est vrai que ce régime n’exclut pas que les céréales contenant du gluten, mais aussi tous les produits laitiers. L’association de ces 2 évictions est beaucoup plus performante que l’éviction de l’une ou l’autre de ces catégories d’aliments : l’ effet de synergie de ces 2 produits inadaptés à notre métabolisme doit être plus grand qu’on ne le pense.