Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le distributeur de biodiésel s’invite dans la cuisine

Espagne / / Europe

Va-t-on devoir installer un nouvel appareil électroménager entre le réfrigérateur et le lave-vaisselle ? L’université de Salamanque planche sur un dispositif capable de transformer l’huile de cuisine usagée en biocarburant grâce à une simple pression sur un bouton.

Une source de combustible idéale pour la chaudière

Pour leur projet de fin d’études, Javier Brezmes et Álvaro Vaquero ont choisi de créer le BAH, ou Biodiesel at Home. Ce nouvel appareil électroménager permettra de récupérer les huiles végétales utilisées pour la cuisson des aliments, afin de les transformer en carburant destiné à alimenter des chaudières à fuel ou des moteurs diésel.

L’idée a déjà permis à ces deux étudiants en ingénierie industrielle de recevoir une bourse dans le cadre du projet T-Cue, qui cherche à promouvoir le transfert de connaissances de l’université vers l’entreprise.

Plus facile à stocker que le gazole issu du pétrole

L’utilisation domestique de biodiésel offre de nombreux avantages par rapport au fuel conventionnel. L’origine végétale du carburant évite l’émission d’oxyde de soufre et d’autres composés polluants, tandis que les quantités de CO2 libérées lors de sa combustion sont compensées par celles absorbées au cours de la croissance des plantes servant à son élaboration.

Le biodiésel est également beaucoup plus sûr au niveau du stockage, avec un point d’inflammation situé aux alentours de120°C, contre 55°C seulement pour le gazole traditionnel.

Malgré ses nombreux avantages, le biodiésel reste cependant peu connu des consommateurs. Grâce au BAH, l’équipe de recherche de l’université de Salamanque aimerait rendre accessible ce carburant écologique au grand public.

Le distributeur sera rentabilisé en moins d’un an

Le Biodiesel at Home devrait afficher des dimensions proches de celles d’un réfrigérateur ou d’une machine à laver. Son fonctionnement est réduit au plus simple : il suffira de verser l’huile usagée dans l’appareil, d’appuyer sur un bouton, et d’attendre une heure pour obtenir le biodiésel. Un temps de repos de 7 heures devra néanmoins être observé avant de pouvoir utiliser le carburant.

L’équipe pluridisciplinaire de professeurs et d’étudiants en charge du projet cherche désormais à réduire les coûts au maximum, afin de rendre le BAH accessible aux particuliers.

« L’appareil pourrait coûter environ 1000 euros, mais il permettra d’obtenir un combustible à 20 centimes le litre, ce qui conduira à amortir la dépense initiale en moins d’un an », explique Roberto García, professeur responsable du projet.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires