Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les OGM désormais étiquetés chez Whole Foods Market

USA / / Amérique du nord

Whole Foods Market, la chaîne d’épicerie, est devenue le premier distributeur aux États-Unis à exiger l’étiquetage de tous les aliments génétiquement modifiés vendus dans ses magasins. Certains experts pensent que cette position pourrait modifier radicalement l’industrie alimentaire.

Whole Foods va commencer à utiliser les nouvelles étiquettes en 2018 à 339 magasins, dont celui-ci à Santa Monica, Californie
© The NY Times

Enfin les OGM étiquetés !

AC Gallo, Président de Whole Foods, a déclaré que le nouveau système d’étiquetage, qui sera mis en place d’ici cinq ans, est une réponse à la demande des consommateurs : « Nous avons vu comment nos clients ont répondu aux produits que nous avons étiquetés. Certains de nos producteurs affirment avoir constaté une augmentation de 15% sur les ventes de leurs produits étiquetés. »

Les produits génétiquement modifiés sont profondément ancrés dans l’approvisionnement alimentaire mondial, et se sont multipliés depuis les années 1990. La plupart du maïs et du soja cultivés aux Etats-Unis, par exemple, ont été génétiquement modifiées. Ces modifications entraînent un soja résistant aux herbicides, ainsi qu’un maïs qui produit son propre insecticide. Des recherches sont en cours pour produire une pomme génétiquement modifiée qui va s’abimer moins rapidement, ainsi que du saumon génétiquement modifié.

Cette annonce s’est répandue dans toute l’industrie alimentaire et chez les partisans « pro-étiquetages » heureux. « Fantastique », a déclaré Mark Kastel, co-directeur de l’Institut Cornucopia, un groupe en faveur de l’alimentation biologique, qui est favorable à l’étiquetage.

Le Grocery Manufacturers Association, le groupe de commerce qui représente les entreprises alimentaires et les détaillants, a publié une déclaration pour s’opposer à la décision. « Ces étiquettes pourraient tromper les consommateurs en leur faisant croire que certains produits alimentaires sont  différents ou présentent un risque potentiel » a déclaré Louis Finkel, Directeur Général des affaires gouvernementales, cité dans le communiqué.

M. Finkel a noté que la Food and Drug Administration, ainsi que les organismes scientifiques et de réglementation, y compris l’Organisation Mondiale de la Santé et l’American Medical Association, avaient certifié que les produits génétiquement modifiés ne représentaient aucun danger.

Une victoire selon les partisans

Les exigences d’étiquetage annoncées par Whole Foods toucheront ses 339 magasins aux États-Unis et au Canada. D’ailleurs, l’étiquetage est déjà exigé dans l’Union européenne, et les produits de ses sept magasins présents en Grande-Bretagne utilisent déjà ces étiquettes. Elles indiquent que le produit a été contrôlé et qu’il ne contient pas d’OGM. Les étiquettes, que la chaine Whole Foods utilisera d’ici 2018, permettront d’identifier en détail les aliments qui contiennent des OGM.

La décision de Whole Foods est le dernier évènement d’une série qui a intensifié le débat sur les aliments génétiquement modifiés. Depuis longtemps, les partisans de l’étiquetage insistaient pour que les consommateurs aient le droit de connaître l’origine des ingrédients dans les aliments qu’ils consomment, et ils soutiennent que certaines études menées chez les rats démontrent que la nourriture transgénique peut être nocive.

Gary Hirshberg, président de la campagne Just Label it, une campagne en faveur d’une exigence fédérale en matière d’étiquetage des aliments contenant des ingrédients génétiquement modifiés, a qualifié la décision de Whole Foods de «changement des règles du jeu. »

« Nous avons eu quelques avancées très importantes dans l’étiquetage cette année » dit M. Hirshberg, ajoutant que 22 Etats ont maintenant une sorte de législation sur l’étiquetage. « Maintenant, l’un des détaillants les plus dynamiques et les plus prospères du pays vient de lancer le défi. »

Il a comparé l’impact potentiel de l’annonce Whole Foods, à la décision de Wal-Mart qui,  il y a plusieurs années avait cessé de vendre du lait provenant de vaches traitées avec l’hormone de croissance. Aujourd’hui, seul un petit nombre de vaches laitières reçoivent toujours cette hormone.

Karen Batra, une porte-parole de l’IOB, un groupe commercial représentant l’industrie de la biotechnologie, a déclaré qu’il était trop tôt pour évaluer l’impact de la décision de Whole Foods . « Il semble qu’ils veulent accroître leurs stocks de marques biologiques certifiées sans OGM », a déclaré Mme Batra. « L’industrie a toujours soutenu l’étiquetage volontaire des aliments pour des raisons de marketing. »

Elle a fait valoir, toutefois, que sans preuve scientifique montrant que les aliments génétiquement modifiés peuvent causer des problèmes de santé ou de sécurité, l’étiquetage n’est pas nécessaire.

Une décision qui fait parler toute l’industrie

Malgré cela, les entreprises font preuve d’une volonté croissante de prise en compte de l’étiquetage. Quelque 20 entreprises alimentaires majeures, dont Wal-Mart, se sont réunies récemment à Washington pour discuter de l’étiquetage des OGM.

Par coïncidence, la Société américaine Halal, une société d’aliments dont les produits Saffron Road sont vendus dans les magasins Whole Foods, vient de sortir son premier plat congelé, un plat de pois chiche et d’épinards, certifié sans OGM.

Aujourd’hui, les étagères Whole Foods possèdent quelque 3300 produits de marque qui sont certifiés, la plus grande sélection de produits offerte par une chaîne d’épicerie au pays.

M. Gallo a précisé que Whole Foods n’a pas consulté ses fournisseurs au sujet de sa décision, et qu’ils ont été informés que peu de temps avant son annonce officielle. Il a dit que Whole Foods se réjouissait de travailler avec ses fournisseurs sur la mise en place de cet étiquetage.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Enfin une décision qui va en dans le sens du consommateur, et sans porter préjudice à la marque, au contraire.